0 7 minutes 7 mois

En marge du massacre de plus de 35 civils par les assaillants de Forces Démocratiques et Alliés, ADF au village Kichanga en groupement Bahumu dans la chefferie des watalinga, la nuit du dimanche 12 1u lundi 13 novembre 2023, une réunion extraordinaire a été d’urgence convoquée jeudi 16 novembre courant au carré douanier de Nobili. En plus de concerner aussi le commandement du secteur opérationnel militaire de l’armée ougandaise (UPDF), cette réunion présidée par le chef de la chefferie des Watalinga, Mwami Pascal Saambili a été élargie aux membres de la société civile et aux chefs de base.

Le principal objectif était de passer à revue la situation sécuritaire qui semble se dégrader ces derniers jours dans cette partie du territoire de Beni. Deux grandes recommandations sont ressorties de cette assise, dont le renfort des dispositifs sécuritaires pour barrer la route à l’ennemi et le déploiement d’une délégation Congolaise en Ouganda pour sensibiliser les réfugiés congolais à revenir dans leurs agglomérations respectives, les mesures de sécurité étant déjà rassurantes.

Après la réunion, la deuxième résolution consistant à aller encourager le retour des réfugiés a été aussitôt mise en mise en exécution et une délégation congolaise a signé sa présence dans la localité ougandaise de Bhutogho où sont cantonnés plus de 700 réfugiés.

Là bas, les membres de la délégation ont tour à tour pris pour la cause. Ce sont les officiers de l’armée Ougandaise qui ont pris la parole en premier.

Dans son intervention le CO UPDF a interdit les mouvements nocturnes des réfugiés et a encouragé leur retour parce que le calme déjà revenu dans les villages avant de leur demander de respecter les lois du pays d’accueil.

Pour sa part, le commandant secteur opérationnel de l’UPDF en RDC a fixé l’opinion que les problèmes qui existaient entre les civils et l’armée sont déjà résolu. Colonel Kasule Jems a aussi encouragé le retour des réfugiés car l’ennemi est entrain d’être pourchassé et que toutes les voies d’entréeetse sortie de l’ennemi sont déjà bouchées. Il a également rassuré du renforcement des effectifs militaires. Toutes. Plus rien à craindre. À len croire, les assaillants étaient venus volés des médicaments et de la nourriture. Cependant, l’Officier militaire a demandé aux uns et aux autres de ne pas se jeter la responsabilité. Au nom de l’armée, Colonel Kasule Jems a présenté des excuses pour les quelquesdérapages, tout en rassurant que tout est déjà réparé. Toujours selon lui, les assaillants s’étaient servi d’une pirogue que conduisait un sujet blanc pour traverser la rivière Semuliki. Il leur a demandé d’aller se concentrer dans les grands centres en attendant l’effectivité de la paix dans la profondeur des forêts.

« Je ne vous encourage pas d’aller dans les camps de réfugiés plutôt de retourner progressivement », a-t-il dit.

À la fin, il a dénoncé le monnayage de la traversée de la RDC vers l’Ouganda par les agents des services de sécurité congolais commis à différentes pistes.

Le message des précédents intervenants a été affermi par le chef de la chefferie des watalinga qui a déploré le bilan de cette dernière incursion ADF au village Kichanga. Comme bien ses precedesseurs, Mwami Pascal Saambili aussi a encouragé le retour de la population étant donné que la sécurité est déjà rassurante. Il est aussi revenu sur les recommandations prises dans la réunion extraordinaire mixte de sécurité en exhortant les services de sécurité commis sur différentes pistes d’arrêter les tracasseries à l’endroit des paisibles populations qui fuient la guerre. « Le retour des déplacés doit être volontaire », a-t-il insisté. Des mécanismes de faveur à l’égard de ceux qui ont perdu leurs cartes d’électeur ont été annoncés par lui avant d’inviter les réfugiés à pouvoir respecter aux lois du pays d’accueil.

Prenant la parole, leChef de groupement Bahumu a paraphrasé ses prédécesseurs. Monsieur Dimanche Samson a déploré le sous effectif des militaires qui étaient commis à Kichanga et a fini par présenter ses sincères condoléances aux familles explorées par cette incursion rebelle.

Très brièvement comme l’ont toujours été les porteurs d’armes, le commandant regiment a présenté des excuses au nom de l’armée pour n’avoir pas bien fait son travail ce jour là. Colonel David Ipanga a, tout en encourageant les réfugiés à pouvoir regagner leurs villages respectifs, rassuré du renforcement des mesures sécuritaires, la fin des tracasseries de la part des militaires commis sur différentes pistes.

En effet, l’incursion de l’ennemi au village Kichanga au cours de la nuit du dimanche 12 au lundi 13 novembre 2023 a a été à la base d’un déplacement massif de la population. Nombreux habitants du gouvernement Bahumu se sont réfugiés en Ouganda. De là, ils sont contraint d’aller se cantonner dans des camps de réfugiés et non rester dans des familles d’accueil. Les éléments de l’ordre font recour aux fouets pour les contraindre de monter dans les véhicules pour leur acheminement dans des camps déjà aménagés à leur faveur.

Beni, Philémon Kachelewa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *