Tuerie des civils aux bombes larguées par les M23 à Goma, le Sénateur Célestin Vunabandi dénonce

Tuerie des civils aux bombes larguées par les M23 à Goma, le Sénateur Célestin Vunabandi dénonce

Dans la matinée du vendrdi 03 Mai à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, des bombes ont été larguées dans le camps de déplacés de guerre de Mugunga. L’œuvre est des rebelles terroristes du M23.

Un acte criminel qui a causé la mort de onze (11) personnes, une dizaine de blessés et plusieurs dégâts matériels, selon le chef du quartier Mugunga, Monsieur Dedesi Mitima joint au téléphone par nos confrères du site d’informations 7SUR7.CD. Cet événement a suscité la réaction de plusieurs acteurs de la société politique.

Vunabandi Kanyamihigo Célestin, Sénateur et Notable du Nord-Kivu, n’est pas resté sans mots face à cette situation qu’il qualifie directement de « crime contre l’humanité ».

« Je condamne le massacre qui vient d’avoir lieu à Goma. Les victimes avaient déjà fui la guerre mais les actes barbares des terroristes viennent de leur ôter la vie à partir de leur milieu de refuge. Cette tuerie est un crime contre l’humanité et je la condamne fermement », a déclaré ce même vendredi 03 Mai 2024, bien que l’armée congolaise a toujours rassuré de l’offensive contre ces terroristes du M23.

« Les images qui circulent sont insupportables car le droit à la vie est sacré. Toutes mes condoléances aux familles et proches des victimes », a poursuivi Célestin Vunabandi.

Face à cette situation, Célestin Vunabandi a condamné « l’offensive » de l’armée qui tarde à mettre un terme cette insécurité. « L’armée ne joue toujours qu’à l’offensive », a-t-il observé.

En revanche, Célestin Vunabandi demande à ce que l’armée congolaise se ressaisisse afin que les aventures du M23 soient stoppées et que leur sponsor, notamment le Rwanda soit publiquement condamné avec sévérité par la communauté internationale. « Aucun crime ne peut rester impuni », a-t-il martelé.

Il faut noter que cette mésaventure du M23 n’est pas la première. Autre fois, ils l’ont déjà commis plus de deux fois causant des dégâts énormes.

Beni, Philémon Kachelewa

ACTUALITÉ SÉCURITÉ