Insécurité au Nord-Kivu : la société civile de Butembo décrète une journée sans activités le 1er Novembre

Insécurité au Nord-Kivu : la société civile de Butembo décrète une journée sans activités le 1er Novembre

En union avec tous ceux qui sont engagés à ramener la paix au Nord-Kivu, la société civile forces vives de Butembo, décrète une journée de réflexion en date de mardi 1e Novembre 2022.
Au-cours de cette journée, toutes les activités resteront paralysées dans la ville.
Cette action citoyenne a été annoncée dimanche 30 octobre, lors d’un point de presse. Le président de la société civile appelle la population à se liguer pour faire échec à la balkanisation de la RDC à partir du Nord-Kivu, un plan machiavélique que veut matérialiser le Rwanda et l’Ouganda, sous le masque du M23.

Le révérend Mathe Saanane président urbain de cette structure citoyenne à Butembo, souligne qu’au cours de la journée de mardi, aucune manifestation publique n’est autorisée sur les rues de la ville. Manière pour la société civile de refuser toute récupération de cette expression de la population.

Alors que les FARDC sont sur la ligne de front, la société civile regrette que la situation sécuritaire soit entrain de s’empirer du jour au lendemain.
La progression du M23, qui a le contrôle de Rutshuru et Kiwanja, l’activisme des rebelles ADF qui ne cessent de s’apprendre aux civils à Beni, des incursions ici et là des bandits à mains armées dans les villes de Butembo et Beni, …
Telle est la situation inquiétante que déplore les forces vives de Butembo.

Tout en saluant les efforts fournis par l’armée et le sacrifice des militaires sur la ligne des fronts, la société civile s’inquiète du caractère défensif qui s’observe à Rutshuru contre le M23 et à Beni contre l’ADF.

Notons que la journée sans activités du mardi 1e Novembre à Butembo, rentre dans le cadre de la série d’actions initiées par la coordination provinciale, pour encourager l’armée à poursuivre son combat pour la défense de l’intégrité du territoire national.

Ghislain Lukambo depuis Butembo

ACTUALITÉ SÉCURITÉ