Tensions RDC-RWANDA: « Victime d’une ruse du voisin mais déjà dénoncée par le peuple congolais, Félix Tshisekedi n’a plus d’autre choix que d’ordonner un assaut final sur le Rwanda qui a su porter le label du M23 et de l’ADF » (Député Bertrand Ngwali)

Tensions RDC-RWANDA: « Victime d’une ruse du voisin mais déjà dénoncée par le peuple congolais, Félix Tshisekedi n’a plus d’autre choix que d’ordonner un assaut final sur le Rwanda qui a su porter le label du M23 et de l’ADF » (Député Bertrand Ngwali)

Nombreux congolais ont toujours dénoncé et condamné, avec véhémence, le manque de sincérité dont fait récurrement montre la République du Rwanda dans ses relations diplomatiques avec la République Démocratique du Congo (RDC).

Revenant aussi à la charge, le député provincial du Nord-Kivu Bertrand Ngwali a, quant à lui, qualifié cette attitude du Rwanda voisin d’une « ruse ». Une ruse que le peuple congolais avait, pourtant, déjà dénoncée mais que le président Félix Tshisekedi avait sembler passer outre, pensant créer une nouvelle roue.

« Depuis un certain temps, un jeu de ping-pong s’observe entre la RDC et le Rwanda, deux pays voisins qui, pourtant, venaient d’amorcer des relations diplomatiques.
Le peuple congolais avait alerté pour dénoncer la ruse du voisin, mais le tout puissant béton avait fait la sourde oreille, croyant qu’il inventerait la roue », a dénoncé l’élu du territoire de Beni.

Face au pillage des ressources naturelles et aux massacres des civils dont est confrontée la partie Est de la RDC de la part des pays voisins, Honorable Bertrand Ngwali invite le chef de l’État congolais Félix Tshisekedi de ne opérer qu’un seul choix, celui d’ordonner aux forces de défense et de sécurité congolaises de lancer un assaut final sur le Rwanda qui s’est clairement révélé un vrai ennemi en apportant son soutien à certaines rebellions qui écument la partie Est du territoire national dont le M23 et l’ADF. À l’en croire, le peuple congolais se sentirait soulagé si son armée arrivait à lancer une offensive directe et déterminante contre le pays considéré comme principal agresseur pour mettre, une fois pour toute, fin à ses aventures.

« Maintenant qu’il en a des preuves, en tant que commandant suprême des FARDC, il n’a plus d’autre choix que d’ordonner un assaut sur cet ennemi qui a su porter le label du M23 et de l’ADF.
Tenez, la RDC souffrirait d’une part de la naïveté de ses dirigeants et, d’autre part, de l’insouciance manifeste du gouvernement central face au pillage systématique des ressources naturelles convoitées de tous.
Le sang versé des congolais ne peut se revendiquer par des simples communiqués, le peuple se sentirait réconforté si l’armée congolaise lançait des offensives contre l’agresseur pourtant bien repéré », a suggéré ce haut cadre du parti politique Bloc Uni pour la Renaissance et l’Emergence du Congo (BUREC).

En effet, la tension ne faiblit pas entre Kinshasa et Kigali sur fond d’accusations mutuelles. Les autorités rwandaises accusent les FARDC d’avoir tiré des roquettes sur son territoire. Ce que dément l’armée congolaise qui accuse à son tour les forces rwandaises d’appuyer le M23. Elle dit même détenir des vidéos prises à partir des drones qui montreraient la présence sur le sol congolais des soldats Rwandais. Ces accusations vont plus loin. Le Rwanda est accusé de crime de guerre après des dégâts dans une école vendredi dans une école à Buhumba, dans le territoire de Rutshuru. Pour Kinshasa, l’établissement scolaire a été bombardé à partir du territoire rwandais. Selon le bilan présenté par l’armée congolaise, lors de ces bombardements attribués aux forces armées Rwandaises, deux enfants de 6 et 7 ans ont été tués et un autre grièvement blessé à côté d’une toiture détruite, d’un mur écroulé, des débris de briques dispersées à plusieurs mètres autour du lieu de l’impact.

Philémon Kachelewa depuis Beni

ACTUALITÉ SÉCURITÉ