0 5 minutes 2 ans

Le caucus des députés provinciaux élus de la ville et territoire de Beni au Nord-Kivu a rendu public, mardi 12 juillet courant, une déclaration politique sur la situation sécuritaire qui prévaut dans la partie Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Dans leur document de quatre(4) pages, les élus membres de ce caucus ont peint un tableau sombre de la situation sécuritaire en province du Nord-Kivu, caractérisée, généralement, par l’activisme des rebelles de forces démocratiques et alliés (ADF) et du M23 ainsi que d’autres groupes armés locaux qui tuent atrocement des civils, incendient des maisons d’habitation, des maisons d’habitation et des véhicules et qui emportent d’autres civils en une destination inconnue et pillent des biens de la paisible population.

Face aux massacres quotidiens et pertes des capitaux par leurs électeurs, ces neufs (9) députés provinciaux, à travers leur déclaration lue à la presse par le Professeur Anselm Kitakya, ont exprimé leur désolation et tristesse.

« C’est avec une grande désolation et tristesse que nous apprenons, du jour le jour, des tueries des paisibles populations à Beni-ville et Beni-territoire ainsi que dans le territoire de Rutshuru respectivement par les terroristes ADF et M23-RDF, sans oublier les groupes armés qui, non seulement sèment terreur et endeuillent sans pitié notre province, mais aussi détériorent le tissus économique et social », ont-ils fait savoir avant de dénoncer le relâchement des opérations militaires contre les terroristes ADF au grand nord de la province au profit de celles (opérations militaires) déclenchées contre les M23 à Rutshuru.

« … depuis le déclenchement des opérations contre les terroristes M23-RDF dans le territoire de Rutshuru qui a attiré l’attention de toute la nation et que nous saluons, il y a malheureusement un relâchement manifeste des opérations contre l’ADF dans la partie nord de la province où des personnes continuent à être sauvagement massacrées, des villages entiers, des structures sanitaires, des véhicules incendiés par ces criminels sans foi ni loi », ont dénoncé les signataires de la déclaration.

À les en croire, le dégarnissement des positions militaires de la partie nord de la province en faveur du territoire de Rutshuru pour faire face aux rebelles du M23 profite aux terroristes ADF qui seraient entrain de se réorganiser.

« Depuis que les positions militaires du grand Nord ont été dégarnies au profit de la guerre du M23-RDF, plusieurs dégâts humains et matériels sont notés dans les secteurs de Ruwenzori, de Beni-Mbau et dans la chefferie des Bashu où des assassinats sont signalés ça et là. Le banditisme se porte bien dans les villes de Goma, Butembo et Beni. Les tracasseries sur les barrières routières et dans les agglomérations…Nos électeurs renseignent, non sans amertume, qu’à la suite de ce dégarnissement tant fustigé, les ADF seraient entrain de reconstituer, sans être inquiétés, leurs bastions dans le territoire de Beni », ont-ils révélé.

Comme si cela ne suffisait, les signataires de la déclaration ont aussi frôlé en guise de dénonciation l’inefficacité de toutes les opérations militaires déjà déclenchées pour anéantir les terroristes ADF dont les opérations conjointes FARDC-UPDF et FARDC-MONUSCO.

« En outre, la population déplore la non effectivité des opérations conjointes FARDC-UPDF, FARDC-MONUSCO sur le terrain, la communication exagérée sur les prouesses des services de défense, l’indiscipline de certaines brebis galeuses etc », ont-ils aussi fustigé.

À l’issu de ce tableau sombre et amer, ces élus de la région de Beni, parmi lesquels Bertrand Ngwali, ont formulé des recommandations à l’endroit, non seulement du président de la République, mais également de celui du chef du gouvernement, des services de défense et de sécurité ainsi qu’à l’endroit de la population.

Philémon Kachelewa depuis Beni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *