0 4 minutes 2 ans

La police Ougandaise aurait procédé, tôt le matin de ce jeudi 1 septembre 2022, au déguerpissement et au refoulement forcé des réfugiés congolais qui vivaient sur le sol Ougandais. L’alerte est du Sénateur Célestin Vunabandi après qu’il ait été aussi alerté par les victimes de ces agissements des services de sécurité ougandais.

Il s’agit des réfugiés congolais qui ont fui la guerre du M23 en territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Selon le Sénateur Célestin Vunabandi, la police Ougandaise procède à leur déguerpissement et à leur refoulement forcé sans aucun respect de procédure y afférente.

Le président national du parti politique « Action pour un Congo Nouveau, (ACN) » déplore la brutalité de la police Ougandaise qui aurait même tabassé certains réfugiés.

« Depuis 7heure 43 minutes, dans le district de Kisoro en Ouganda, il s’organise un déguerpissement et refoulement des réfugiés congolais qui ont pris refuge dans des sites collectifs et même ceux qui sont dans des maisons en location.
La police ougandaise procède au déguerpissement forcé. Elle tabasse sérieusement les réfugiés et des graves violations des droits humains sont présentement rapportées »,
a expliqué le sénateur Célestin Vunabandi, qui confirme qu’un congolais vient d’être blessé par la police Ougandaise; obligeant les réfugiés de rentrer dans la zone occupée par les rebelles du M23 soutenus par l’armée Rwandaise.

« Déjà, on signale un blessé dans le rang des réfugiés. Ils veulent obliger les réfugiés de rentrer dans la zone sous contrôle M23″, fait savoir le président de l’ACN qui dénonce et condamne cette façon d’agir du gouvernement ougandais à travers son service de la police.

À l’en croire, ceci est nul doute la preuve de la complicité de l’Ouganda avec les terroristes du M23 qui agressent depuis environ trois(3) mois la République Démocratique du Congo (RDC) dans sa partie Est, plus précisément en territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

Sans attendre, l’élu des élus du Nord-Kivu, Célestin Vunabandi vient de saisir le gouvernement Congolais en rapport avec ces violations des droits humains par la police Ougandaise à l’égard des réfugiés congolais.

« Je viens de saisir le premier ministre pour exprimer mon inquiétude et mon indignation et demander au gouvernement d’user de tous les moyens diplomatiques et politiques pour arrêter cette situation », a déclaré Célestin Vunabandi.

Il sied de signaler que le 14 juillet 2022, le sénateur Célestin Vunabandi avait saisi le Premier Ministre, chef du gouvernement de l’Union sacrée au sujet de la situation humanitaire et sécuritaire dramatique de ces populations réfugiées en Ouganda ainsi des déplacés de guerre.

Philémon Kachelewa depuis Beni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *