Répression violente de la manifestation à Goma: le député provincial Alain Siwako tacle Jean-Pierre Bemba et sa suite

Répression violente de la manifestation à Goma: le député provincial Alain Siwako tacle Jean-Pierre Bemba et sa suite

Le député provincial du Nord-Kivu, Alain Siwako ne voit pas de bon œil le déploiement d’une délégation du gouvernement central pour venir, dit-elle, enquêter sur le massacre massif des civils qui a été perpétré cette semaine par des personnes armées identifiées comme des éléments de la garde Républicaine en villedeGomaau Nord-Kivu. D’après lui, l’argent de la République sera encore gaspié sans aucun résultat comme pour les autres plusieurs autres dossiers qui n’ont pas jusque là une suite favorable.

Cet élu du territoire de Beni affirme que la délégation gouvernementale, dirigé par le ministre de la défense se précipite en ville de Goma, rien que pour les frais de mission.

« Des délégations robustes rien que pour les frais de mission alors qu’il se pose maintenant un problème d’insuffisance des morgues pour plus de 60 corps des personnes massacrées. Les auteurs de crime mettent parfum dans leur bureaux, pas du sang pour transfuser les blessés, pas des médicaments pour la bonne prise en charge des blessés », a dit le député provincial Alain Siwako.

Et d’ajouter: « des motos pillées, des personnes non encore retrouvées depuis ce jour. Des fortes délégation budgetivores pendant qu’il y a des urgences à résoudre pour sauver les vies humaines.c’est encore du populisme ».

Pour rappel, mercredi dernier, des dizaines de civils ont été fauchés par des éléments armés identifiés comme de la garde Républicaine en ville de Goma. C’était lors d’une manifestation publique anti-MONUSCO organisée par une secte dénommée « Wazalendo » que les marchants ont fait face à la puissance de feu des FARDC. Parmi les victimes, on y a dénombré aussi un policier à côté d’une centaine des blessés, une église et des maisons d’habitation incendiées, des motos et autres biens de valeur pillés.

À la suite de ces incidents, des voix se sont levées pour condamner la façon de réprimer une manifestation qui, pourtant était pacifique. Ainsi, le Chef de l’état Congolais, FélixTshisekedi, tout en exprimant sa solidarité envers les familles de victimes a décidé de déployer une équipe composée des membres du gouvernement pour des enquêtes approfondies.

Beni, Philémon Kachelewa

ACTUALITÉ SÉCURITÉ