0 10 minutes 2 ans

Crée par l’ordonnance présidentielle Numéro 86-210 du 12 juillet 1986, l’Office National du Tourisme (ONT) est une entreprise publique à caractère commercial et doté d’une personnalité juridique. Il est placé sous la tutelle du ministère du tourisme. l’Office National du Tourisme a pour objet social de faire la promotion du tourisme en République démocratique du Congo(RDC) par tous les moyens appropriés notamment la publicité, la collecte et la diffusion de renseignements à l’usage des touristes.

Le siège social de l’ONT est basé à Kinshasa Gombe et, représenté par l’agence provinciale du Nord-Kivu à Goma en commune portant le nom de la ville, Quartier le Volcan, sur l’avenue Touriste, Gallerie la Bénédiction N°006 au premier étage.

L’ONT a pour mission de :

A. Promouvoir l’expansion de l’industrie hôtelière
B. Encourager toutes les initiatives privées Nationales et étrangères tendant à contribuer au développement du tourisme et de l’hôtellerie en RDC. C. Promouvoir le tourisme international et National, tourisme social et le tourisme des jeunes.
D. Entreprendre et réaliser toutes études et recherches tendant à promouvoir le tourisme au Congo. E. Encourager la formation du personnel touristique et hôtelier.

Depuis l’époque coloniale, le Roi Léopold II avait décidé en 1889, de créer des réserves de chasse pour protéger les éléphants qui étaient victimes des massacres. Cette politique sera poursuivie en 1908 par le prince Albert qui estimait nécessaire d’établir de nouvelles réserves. C’est ainsi qu’en 1925, le parc national Albert actuellement Parc national des Virunga fut créée en mémoire du prince Albert. Ce parc sera agrandi en 1929, 1934 et 1935, jusqu’à s’établir dans ses limites actuelles. En 1929, l’Institut des parcs nationaux fut créé et celui-ci dépendait du ministère des colonies à Bruxelles. Cet Institut s’était enrichi avec la création des parcs nationaux dont Garamba, Upemba et le Kagera au Rwanda.

En 1960, au lendemain de l’indépendance, ces parcs ont été rattachés au ministère Congolais de l’agriculture.
En 1970, le gouvernement Congolais a créé quatre nouvelles réserves intégrales, triplant la superficie globale des parcs nationaux.
En 1972, les statuts de l’IZCN étaient reconsidérés afin d’y inclure le contrôle de l’environnement humain.

En vue de faire connaître le tourisme congolais à l’étranger, en 1973, deux films seront tournés et 160 milles dépliants et affiches publicitaires avaient été édités et distribués.
Au cours de l’année 1973, l’Office Zaïrois du Tourisme(OZT) a ouvert un bureau à Bruxelles. Ce dernier était chargé des rapports directs avec « les tours operators », les agences de voyage et tous les professionnels du tourisme qui étaient installés aussi bien en Belgique que dans les autres pays du marché commun. Pour se faire, des délégués du commissariat Général au Tourisme prendront part à diverses manifestations internationales notamment des conférences, séminaires, foires dans la même optique de drainer un monde toujours croissant de touristes vers le Zaïre.
Entre 1970-1975, un plan d’orientation touristique sera mis en place. Les résultats de celui-ci sont probants en dépit de la crise internationale car le taux d’expansion touristique pour le pays se maintient à un niveau honorable soit 10,9 pourcents d’augmentation entre 1972 et 1973, pour ce qui est du nombre d’arrivées par voie aérienne à Kinshasa.
Le tourisme congolais a connu son apogée entre 1979 et 1982, le nombre des touristes et des visiteurs étrangers entrés au Zaïre a constamment oscillé autour de cent(100) milles personnes dont moins de vingt (20) milles véritables touristes.

Stratégies appliquées par l’ONT

La fonction commerciale de l’Office National du Tourisme n’est pas à confondre avec celle d’une entreprise classique qui fabrique ou achète des produits en vue de les revendre. Cet office étant une entreprise à caractère commercial et sa direction de Marketing est de vendre l’image touristique de la RDC dans les marchés touristiques émetteurs. Sa politique de promotion se caractérise par la production et diffusion de supports publi-promotionnels, dépliants, cartes postales et à travers son site web. Ces images expliquent la beauté du pays sur le plan touristique et invitent les touristes à découvrir cette beauté exceptionnelle, la nature, la culture et les potentialités de la RDC. Elle ne sont pas destinés à la vente mais plutôt à être distribués aux touristes dans le cadre de la publicité. Malheureusement, ONT n’a mis en place aucune stratégie attrayante comme celle du Kenya ou de l’Afrique du Sud. C’est pourquoi, on doit mettre en place des nouvelles stratégies afin de remédier à cette situation et redonner une nouvelle image de la RDC comme une nouvelle destination touristique. Ces dernières doivent être élaborées en étroite collaboration avec l’ensemble des acteurs du tourisme congolais et étrangers. Ces stratégies s’appuieront sur une analyse approfondie des enjeux touristiques grâce à la réalisation des sondages et études. Elles viseront à renforcer l’attractivité de la destination de la RDC, notamment par un positionnement en termes d’image, la valorisation de la qualité de l’offre et un développement conséquent et innovant des filières produites.

Alors comment valoriser et donner un nouvel envol au tourisme congolais ?

Pour encourager les touristes à se rendre au pays, quelques stratégies ont été proposées à l’Office National du Tourisme comme ce fut le cas en France, leader touristique mondial, impulsée par le premier ministre Jean-Pierre Raffarin par la mise en œuvre d’une politique touristique de grande ampleur. Cette stratégie constitue l’ambition première du gouvernement en matière du tourisme et a pour objectif la conservation de la France à sa place de leader touristique mondial et de gagner des parts de marché pour atteindre 40 milliards d’euros de recettes en 2010.

  1. La RDC doit procéder d’abord par une stratégie concertée, portée par une volonté gouvernementale et doit élaborée une base partenariale importante avec la volonté d’associer très largement l’ensemble des acteurs du tourisme afin qu’ils s’identifient à cette démarche.
  2. Le gouvernement Congolais et l’Office National du Tourisme doivent organiser des foires, des séminaires, des échanges et les audits qui permettront aux acteurs publics et privés du tourisme Congolais et étrangers ainsi qu’à d’autres intervenants de redéfinir une nouvelle ligne de la politique touristique en RDC pour que dans les dix(10) prochaines années, ces recommandations débouchent sur des mesures concertées avec l’augmentation conséquente du budget touristique.
  3. L’ONT doit aussi adopter des nouveaux axes stratégiques qui sont guidés par une volonté de réactivité face au contexte international mais aussi d’excellence quant à la qualité de l’offre touristique. Dans ce sens la RDC doit faire les choix et se concentrer sur les objectifs essentiels pour renforcer l’efficacité et la visibilité de cette stratégie. C’est comme par exemple : valoriser les sites existants en améliorant leur accessibilité et les infrastructures d’accueil de Kahuzi Biega, Garamba, Salonga et autres. La RDC doit aussi fédérer l’ensemble des organismes concernés directement ou indirectement par le tourisme afin de concrétiser le caractère transversal de cette activité, donner davantage de cohérence à la promotion et disposer des moyens accrus.
  4. En plus de la stratégie de mouvement et d’anticipation, la RDC doit aussi éradiquer les groupes armés qui écument les réserves naturelles, les parcs et les espaces touristiques.

Est-il confirmé que le tourisme en RDC est affecté par des activités humaines notamment les invasions des groupes armés dans les réserves, les parcs et autres. Mais également, par l’envahissement de ses espaces par des populations. Depuis des décennies, cette situation met en péril le tourisme en République démocratique du Congo, qui pourtant devrait générer des devises dans le trésor public.

Afin que ses actions soient effectives et efficaces sur terrain, l’Office National du Tourisme envisage faire adapter ses choix stratégiques. Ces stratégies doivent dégager les évolutions majeures à prendre en compte dans le développement de la promotion du tourisme.

En province du Nord-Kivu, Est de la République Démocratique du Congo, l’Office National du Tourisme est à l’œuvre depuis plus de vingt (20) ans.

Mulinga Saïba Chef d’Agence Provinciale

Dirigé actuellement par Monsieur Mulinga Saïba Chief comme Chef d’Agence Provincial (CAP), cet office fonctionne au sixième numéro du premier étage de la galerie la Bénédiction sur Avenue Touriste au quartier les Volcans en commune de Goma.

Philémon Kachelewa depuis Beni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *