0 4 minutes 2 ans

Très engagé aux côtés des autres congolais de la diaspora dans la recherche de la paix durable à l’Est de la RDC, Guershom Kahebe decouvre qu’il existe des vraies raisons de l’État de siège et des raisons officielles, il l’a dit le samedi 02 avril 2022 à travers une vidéo qu’il a publié sur les réseaux sociaux.

Parlant des raisons officielles, le fils de Beni, au Nord-Kivu, vivant à Californie, parle de la traque des ADF et autres groupes armés qui insécurisent et massacrent la population au Nord-Kivu et en Ituri et la restauration de l’autorité de l’État dans les deux provinces précitées.

« Jusque là rien n’a été fait parce que le nombre des déplacés, les attaques ciblées et les morts ont tellement augmenté pendant l’État de siège et rien n’a été fait pour stopper cette barbarie des ADF et des collaborateurs », a-t-il indiqué.

Par contre, Guershom Kahebe est allé loin dans la recherche des vraies raisons de l’État de siège. Selon ses mots, l’État de siège avait était instauré pour restreinte la liberté d’expression.

« Depuis que l’État de siège est fonctionnel, nous comptons plus de 2088 morts, plus de 264 villages vidés de leurs populations, 403 cadavres comptés avec la mutualisation des forces entre l’armé congolaise et l’armée ougandaise. Alors, si l’évaluation se fait en présentant des chiffres, quelle est réellement l’objectif de l’État de siège à part emprisonner tous ceux qui veulent dénoncer les morts de populations en RDC. Et ça fait très mal quand le gouvernement congolais ne veut pas que les personnes en parle parce que en s’exprimant vous verrez les éléments de l’ordre et de sécurité derrière vous, la preuve en est que les treize (13) militants de la lutte pour le changement (LUCHA) ont été condamné innocemment à une année de prison chacun pour avoir crié la persistance de l’insécurité et la mort des civils au Nord-Kivu et en Ituri. Pour les mêmes raisons, le député provincial Jean-Paul Ngaghangondi et son collègue du Nord-Kivu sont toujours en prison de Goma Munzenze et leur collègue Alain Siwako vit en clandestinité », s’est étonné Guershom Kahebe, qui ne supporte pas les appels de la population annonçant des nouvelles tueries des populations.

D’après lui, « pendant que certains gouvernements africains veulent attirer l’attention des décideurs sur ce qui se passe dans le continent Africain, le gouvernement Congolais à travers les autorités militaires tente de rassurer le monde entier que les opérations militaires évoluent normalement sur terrain et que l’État de siège produit des effets positifs, ce qui reste très faux, la situation s’est plutôt détériorée davantage ».

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *