0 3 minutes 1 an

La représentation des étudiants du Congo section de Beni à travers sa coordination souhaite voir zéro cas d’abus sexuels dans son rayon d’action. Cette structure savante émet le vœu de voir les cas des violences basées sur le genre être éradiqués dans le chef des étudiants de la région de Beni.

La protection de la fille et de la femme, ce sont des éléments plus importants sur lesquels aujourd’hui l’humanité place un accent particulier très important. Face à cette situation, Jonathan Kataliko coordonnateur de la REC/BENI pense qu’il est très capital que la crème intellectuelle de Beni soit unie afin que ce fléau soit chaque fois dénoncé. Jonathan Kataliko souhaite que tous les étudiants de Beni s’engagent pour dénoncer les abus et exploitations sexuelles et qu’ils se mettent d’accord pour activer toutes les astuces possibles pour lutter contre ce genre d’exploitation sexuelle et diminuer le taux des abus et exploitations sexuelles dans la société.

À ce niveau notre interlocuteur parle de deux travaux qui doivent être mis en privilége pour y parvenir, d’ou la sensibilisation et le cadre juridique en faisant une répression des fauteurs de troubles.

Avec les différents partenaires que cette couche intellectuelle veut associer pour que la mise en œuvre de ce projet soit concrétisée comme le bureau de conduite et discipline de la MONSUCO/BENI, elle compte réorganiser un club qui sera mis en place pour dénoncer les abus et exploitations sexuels avec sa redynamisation dans toutes les institutions pour que la lutte contre les exploitations et abus sexuels soit effective dans toutes les institutions supérieures et universitaires de la ville de Beni et ses environs.

La personne ressource au cours de cet entretien exclusif a misée beaucoup sur l’aspect de la vulgarisation de ce message important dans la communauté par les étudiants eux-mêmes qui, sont pris en considération comme les instigateurs du changement dans la communauté. Celui-ci met de l’espoir et un accent particulier sur cette couche savante pour qu’il y est zéro cas d’abus et exploitations sexuelles dans la communauté en espérant d’y atteindre au-moins un seil plus bas.

Georges Kizito depuis Beni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *