RDC: « Au vu de son bilan très positif à la primature, aucun candidat ne peut effrayer ou faire face à Matata Ponyo à la prochaine éléction présidentielle » (Erickson Rutsuba)

RDC: « Au vu de son bilan très positif à la primature, aucun candidat ne peut effrayer ou faire face à Matata Ponyo à la prochaine éléction présidentielle » (Erickson Rutsuba)

C’est à travers les antennes de la Radio Télévision Communautaire Tayna de Goma que monsieur Erickson Rutsuba Wabenga a réagi après le discours de Matata Ponyo lors de son investiture entant que candidat à l’élection présidentielle de 2023 par son parti politique, le LGD. D’après ce cadre très influent du parti politique Leadership, Gouvernance et Développement(LGD), au vu du bilan très positif de Matata Ponyo lors de son passage à la primature, aucun candidat président de la République ne peut prévaloir se mesurer devant la candidature de l’autorité morale du LGD. Erickson Rutsuba évoque notamment les grandes réalisations de celui que les congolais appellent « Technocrate ou l’homme de la macroéconomie » alors qu’il était premier ministre sous le règne de Joseph Kabila. Par ces témoignages, M. Rutsuba prophétise déjà la victoire ecrasante de Matata Ponyo face à tous ceux qui tenteront faire face à sa candidature.

« Matata Ponyo a réalisé plusieurs œuvres quand il était à la primature. Il a banquarisé les agents de l’État, il a mécanisé les professeurs des universités, il a asphalté plusieurs artères principales tant dans la capitale que dans toutes les provinces de la République démocratique du Congo, il a construit plusieurs écoles. Matata Ponyo a également créé deux entreprises de transport notamment Congo Airways et TRANSCO. C’est Matata Ponyo qui a construit l’immeuble dit Intelligent de Kinshasa qui abrite tous les cabinets des différents ministères. Avant son arrivée à la Primature, ils étaient tous locataires. C’est Matata Ponyo qui avait stabilisé la monnaie congolaise, le Franc congolais face au dollars américain. Et donc c’est un monsieur qui a un bilan à présenter au peuple congolais. Aucun candidat ne peut donc effrayer ou ne peut faire face à Matata Ponyo », a affirmé le LGD Erickson Rutsuba.

À Erickon Rutsuba d’enchaîner: « En sa qualite d’économiste de carrière, c’est pendant la gouvernance de Matata Ponyo que le pays n’a contracté aucune dette extérieure contrairement à ses successeurs qui ont enfossé le pays dans un surendettement le plus criant ». Selon ce haut cadre de LGD, « cette situation est la conséquence logique de la maîtrise et la bonne gestion de la chose publique ». Car, a-t-il expliqué, « à cette période le pays ne dépendait nullement de l’extérieur(autosuffisance); entraînant, à coup direct, la stabilisation de la monnaie nationale ». Autre raison avancée par Erickson Rutsuba est qu’à la même période, « le ministère des finances que pilotait Patrick Kitebi dépendait directement du premier ministre qui devait contrôler, à la seconde près, tout le circuit financier ».

En effet, l’ancien Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo a annoncé sa candidature à la prochaine élection présidentielle en République démocratique du Congo, dans son discours prononcé à la clôture du premier congrès de son parti politique, le Leadership et Gouvernance pour le Développement (LGD), mardi 03 mai 2022. Le parti, lancé officiellement pendant la rencontre, a désigné celui qui est également professeur d’universités et sénateur comme son président national.

« Un mode de gestion des affaires publiques caractérisée par, selon Augustin Matata Ponyo, un leadership fort et une gouvernance exemplaire ». C’est sur cette ligne que ce nouveau parti se positionne. Ce dernier veut aussi asseoir une crédibilité dès le départ qui lui permettra d’aller à la conquête du pouvoir.

Le président fraîchement investi a accepté le choix du congrès de faire de lui son candidat à la magistrature suprême

Concernant ses ennuis judiciaires, l’ancien Premier ministre de Joseph Kabila de 2012 à 2016 a dénoncé un complot politique contre sa personne pour l’empêcher d’aller au bout de sa candidature à l’élection présidentielle de 2023.

Philémon Kachelewa

ACTUALITÉ POLITIQUE