RDC: « Allez aux élections sans Rutshuru et Masisi c’est légitimer la menace de balkanisation qui pèse sur le pays par leRwanda » (Hon. Jean-Baptiste Kasekwa)

RDC: « Allez aux élections sans Rutshuru et Masisi c’est légitimer la menace de balkanisation qui pèse sur le pays par leRwanda » (Hon. Jean-Baptiste Kasekwa)

Le Député National Jean-Baptiste Kasekwa s’est confié, mardi 17 juillet 2023, à la presse tant nationale qu’international. Ce, après une conférence qu’il animé le même mardi. Au cours de son interview, l’élu de la ville au Nord-Kivu a donné certaines raisons qui l’amènent à la prise de sa décision de ne pas prendre part au électoral en cours en République Démocratique du Congo, RDC.

Jean-Baptiste Kasekwa a motivé son refus de participer aux élections par le fait que y aller sans Rutshuru et Masisi, deux territoires de la province du Nord-Kivu est une bonne façon de légitimer la menace de balkanisation qui pèse sur pays de la part du Rwanda.

« La question que j’ai voulu posé avec la population de Goma, qu’elle sera la situation du Nord-Kivu après les élections de 2023 dans un contexte où il ya deux facteurs importants, même trois. Le premier facteur est que le Rwanda a déclaré ouvertement le 15 mars dernier les raisons pour lesquelles il nous fait la guerre depuis 98 jusqu’à nos jours. Kagame a dit qu’il veut récupérer les territoires de Masisi, de Rutshuru, de Walikale, de Kalehe. Est ce que si nous allons aux élections de 23 décembre 2023, est ce que nous ne serons pas entrain de légitimer la menace que le Rwanda fait peser sur notre pays? », s’est interrogé Jean-Baptiste Kasekwa, Secrétaire Général du parti politique ECIDé de l’opposant Martin Fayulu avant de faire constater amèrement à l’opinion qu’à nos jours tous les partis politiques et même les activistes des droits de l’homme ainsi qu’acteurs de la société civile sont focalisés sur les élections au lieu de mobiliser la population contre la balkanisation du pays.

« L’un des dangers que l’organisation de ces élections présente ce que tous les partis politiques, tous les leaders du Nord-Kivu sont focalisés sur les élections et plus personne ne se préoccupe de la libération de Masisi et de Rutshuru. Même les acteurs des mouvements citoyens, ceux qui etaient entrain de mobiliser pour les manifestations, ils sont candidats, ils ne sont plus à mesure de mobiliser. Les animateurs de la société civile pareil. Lorsqu’il n’y a plus de gardien dans le poteau, alors l’adversaire peut marquer. Le Rwanda, les ennemis de l’intégrité territoriale risquent de marquer contre nous. Nous devons faire un choix. Est ce que notre priorité consiste à être député, à être ministre ? », a encore interrogé l’opinion Jean-Baptiste Kasekwa.

Pour rappel, Martin Fayulu a annoncé le 19 juin que son parti ne présentera pas de candidats aux scrutins de décembre prochain si le fichier électoral n’est pas revu. Un discours qui fait écho à celui de Joseph Kabila, qui a enjoint les membres de son parti à boycotter l’enrôlement sur ces listes.

Il faut noter aussi que le Député National est Secrétaire Général Adjoint du parti politique « Engagement pour la Citoyenneté et le Développement, ECIDé » dont l’opposant Congolais Martin Fayulu est autorité morale.

Par son refus de participer aux élections en cours au pays, l’élu national de la ville de Goma fait allégeance à la position prise par son autorité morale.

Option à laquelle la population de Goma est farouchement opposée, l’exigeant, via un sit-in à sa résidence de la ville touristique, de déposer sa candidature à la prochaine élection législative.

Beni, Philémon Kachelewa

POLITIQUE