Nord-Kivu : le PLD du député Jean-Paul Lumbulumbulu annonce un meeting populaire le 24 septembre à Goma pour dénoncer les injustices des autorités de l’État de siège

Nord-Kivu : le PLD du député Jean-Paul Lumbulumbulu annonce un meeting populaire le 24 septembre à Goma pour dénoncer les injustices des autorités de l’État de siège

Depuis un certain temps, il s’observe que l’ordonnance du président de la République instituant l’État de siège en province du Nord-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) n’est pas respectée par les ministres, députés et autres leaders en provenance de Kinshasa. Ceux-ci organisent, sans se gêner et sans être inquiété, des manifestations publiques dont des meetings et matinées politiques, non seulement à Goma, mais également sur l’ensemble de la province sous le régime d’exception de l’État de siège. Ce, sous l’indifférence la plus totale des autorités provinciales. L’État de siège ne semble être respecté que par les élus provinciaux et les partis politiques qui n’ont pas de poids au niveau national.

Pour dénoncer cet état de chose qui s’apparente à une injustice et à la politique de deux poids deux mesures, le parti libéral pour le développement(PLD) du député provincial et vice président de l’Assemblée provinciale en congé du Nord-Kivu, Jean-Paul Lumbulumbulu annonce la tenue d’un meeting populaire le 24 septembre courant en ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

« Les députés nationaux, les ministres arrivent au Nord Kivu, province en état de siège. Ils organisent des activités politiques notamment les meetings et matinées politiques pourtant interdits dans une zone en État de siège mais les autorités laissent faire.
J’annonce un meeting populaire à Goma le 24 septembre 2022 pour dénoncer les injustices des autorités de l’État de siège. Si les autres leaders des partis politiques ont été autorisés à organiser des meetings et matinées politiques dans une province en État de siège, il ne devrait y avoir aucune raison d’interdire d’autres »,
a dénoncé le leader du PLD avant de demander à d’autres partis politiques de se joindre à lui pour dénoncer cette injustice criante des autorités de l’État de siège.

« Je demande à tous les autres partis politiques victimes de cette injustice de se joindre au PLD le 24-09-2022 », a-t-il déclaré.

En effet, depuis le 06 Mai 2021 les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri sont sous le régime d’exception de l’État de siège. Selon l’esprit de l’ordonnance présidentielle instituant cette mesure exceptionnelle, le gouvernement et l’Assemblée provinciaux ont été mis en congé pour laisser place à l’administration militaire. Ce, pour permettre aux autorités de l’État de siège de combattre les groupes armés étrangers et locaux qui mettent en mal la quiétude de la population dans les deux provinces concernées.
Cependant, d’après plusieurs observateurs, cette mesure semble jusque là être inefficace sur terrain. Ils justifient leur constat par le fait que l’activisme des groupes rebelles s’est plutôt accentué à travers les deux provinces, surtout avec la récente occupation de la cité de Bunagana dans le territoire de Rutshuru depuis trois (3) mois et plus.

Rappelons-le, l’un des prescrits de l’État de siège c’est notamment l’interdiction formelle des manifestations publiques. Une clause que nomberux leaders politiques en provenance de Kinshasa semblent passer outre à leur arrivé en province du Nord-Kivu.

Philémon Kachelewa depuis Beni

ACTUALITÉ POLITIQUE