Nord-Kivu : le mouvement rasta « Ouran » dans les pas de Simon Kimbangu

Nord-Kivu : le mouvement rasta « Ouran » dans les pas de Simon Kimbangu

Le mouvement rasta Ouran antenne Provinciale du Nord-Kivu, à l’Est de la RDC appelle une fois de plus à ce que Simon Kimbangu soit reconnu comme prophète noire. A l’occasion du 71e triste anniversaire de Simon Kimbangu, le mouvement rasta Ouran qui prône la valorisation de la culture africaine et de la médiation a médité autour de sa proprephie.

Selon Kasereka Musavuli Shoko un des animateurs du mouvement Ouran, la prophétie reste la prise de conscience pour aboutir à l’indépendance totale de l’Afrique. Celui-ci précise que tous les membres de son mouvement reconnaissent le combat de Simon Kimbangu avant sa disparition.

« […] Si aujourd’hui nous parlons de Simon Kimbangu par ce qu’on est conscient de sa prophétie qui est entrain de se réaliser. C’est en guise de reconnaissance que nous avons méditer autour de sa prophétie. Au fait, la prophétie c’est la prise de conscience pour aboutir à l’indépendance totale de l’Afrique. En terme d’exemples, avant que Simon Kimbangu ne meurt il avait prophétiser les indépendances de l’Afrique, les indépendances physiques et aujourd’hui nous commémorons le 70e triste anniversaire de Simon Kimbangu c’est-à-dire nous sommes entrain de partager notre moment avec notre grand prophète », précise-t-il.

Les rasta Ouran sont fortement d’accord et reconnaissent le combat du grand leader: « Les Africains vivront comme les européens et les Européens comme les Africains. Un roi rédempteur viendra avec trois pouvoirs. Avant lui, viendra un instructeur pour préparer le peuple Africain. Visiblement, le mouvement rasta Ouran ne lâche et compte poursuivre la vision de Simon Kimbangu ».

Simon Kimbangu, une histoire pour l’Afrique?

Simon Kimbangu est considéré comme prophète. Pionnier de la lutte pour l’indépendance, figure emblématique de la défense des peuples autochtones pendant l’occupation belge de la RDC, Simon Kimbangu, né en 1887, est mort en détention le 12 octobre 1951 à Lubumbashi. Parlant de la décolonisation, on retiendra de lui notamment la phrase: « Les blancs deviendront noirs et les noirs deviendront blancs ». Il sera arrêté en septembre 1921, par les autorités belges craignant que son mouvement ne prenne de l’ampleur. Traduit devant un conseil de guerre, il a été condamné à mort, mais sa peine a été commuée en détention en perpétuité. Il passera donc 30 ans derrière les barreaux.Transféré à la prison d’Élisabethville au Katanga, il restera enfermé jusqu’à sa mort en 1951.

La journée de mercredi 12 octobre 2022 a été également marquée par la défense des nouveaux lauréats venus des différents coins et recoins de la province du Nord-Kivu. Au total 9, ceux-ci ont défendu sur l’idéologie du mouvement rasta Ouran et leur motivation. A en croire Kasereka Musavuli, l’idéal est d’avoir des membres qui, après leur adhésion prennent conscience pour aboutir à l’indépendance totale de l’Afrique.

« […]Aujourd’hui nous organisons la défense sur l’idéologie du Rasta Ouran par ce que vous savez avec l’histoire falsifiée du monde rasta , nous étant mouvement, nous prenons le mot rasta comme un mot d’ordre qui est accompagné d’une idéologie. C’est pour cette raison que nous avons organisé la défense d’aujourd’hui par ce que pour être un resta Ouran tu dois avoir l’idéologie. Nous avons eu 9 lauréats dont ceux de l’antenne de Kanyabayonga, Kirumba, Kiwanja et Goma et ils ont bien défendu pourquoi leur adhésion au sein de notre mouvement », a indiqué Shoka Musavuli.

Il sied de préciser que l’antenne Provinciale du mouvement rasta Ouran entreprend un centre d’art qui regorge deux sortes de productions dont les objets d’arts plastiques et des objets traditionnels.

Magloire Kambale depuis Goma

ACTUALITÉ SOCIÉTÉ