Nord-Kivu : le Comité International de la Croix Rouge (CICR) répond au besoin ultime des familles déplacées de guerre vivant à Kanyabayonga

Nord-Kivu : le Comité International de la Croix Rouge (CICR) répond au besoin ultime des familles déplacées de guerre vivant à Kanyabayonga

Le Comité International de la Croix Rouge « CICR » étant une organisation qui protège et assite les victimes des conflits armés vient de lancer deux projets de gratuités de soins au Centre de Santé de Référence EPROMI et au Centre de Santé de Référence de Kanyabayonga, un ouf de soulagement pour les milliers des déplacés et les habitants de Kanyabayonga.

La commune de Kanyabayonga est située à cheval entre deux territoires, celui de Lubero et de Rutshuru, elle constitue un lieu de refuge pour des milliers des populations victimes des conflits armés, elle est considérée comme une oasis de paix, ce qui fait que les populations fuyant les atrocités des groupes armés se réfugient à Kanyabayonga. Depuis janvier 2024, il s’observe un afflux des déplacés à Kanyabayonga fuyant la guerre entre les FARDC et le mouvement M23, plusieurs familles ont été forcées de quitter leurs domiciles respectifs et aller s’installer dans des familles d’accueils ou dans des écoles et églises de Kanyabayonga et ses environs.

Cette marée humaine, a parcouru des grandes distances (environ 50 Km) à pied en subissant d’innombrables exactions en cours du trajectoire (Extorsion des biens par les hommes en armes, exposition aux intempéries, parfois même des morts …). Les acteurs humanitaires se sont mobilisés chacun en ce qui le concerne à devoir répondre tant soit peu aux besoins des communautés meurtrie.

Toutefois, il faut signaler que les besoins restent immenses, les déplaces manquent presque de tout, certains arrivent à dormir à même le sol.

Ayant entendu les alertes des leaders communautaires, le Comité International de Croix Rouge est venu au secours des ces déplacés en initiant deux projets d’accès aux soins de santé primaire, un projet qui vient sauver des vies.

« Le projet du CICR est venu au bon moment, je suis sûr que plusieurs vies vont être sauvées, comme président du comité des déplacés de Kanyabayonga je commençais à avoir honte quand il fallait venir solliciter une aide au CSR CEPROMI pour soigner un déplacé, certains déplacés commençaient à mourir à la maison par manque des soins », a reconnu Mr Richard Kalume Président de déplacés à Kanyabayonga.

Ce projet qui va durer six (6) mois va couvrir tous les besoins en santé primaire des déplacés et familles d’accueils qui sont aussi dans un étant de vulnérabilité très avancé. Il va couvrir aussi les besoins en santé mentale à travers les Assistants Psycho Social (APS) qui sont affectés aux CSR CEPROMI et Kanyabayonga.

Il faut souligner que ce n’est pas la première fois que le CICR assite les victimes des conflits armés dans le territoire de Lubero, précisément à Kanyabayonga.

« J’invite toute la population de Kanyabayonga (déplacés comme résidents) de venir se faire soigner ici au CSR CEPROMI, personne ne doit plus mourir à la maison par manque des soins, notre partenaire CICR a écouté vos cris et a répondu positivement, nous ne pouvons que dire merci », a dit Mr Kambale Tuvere Infirmier titulaire du CSR CEPROMI.

Pendant 6 (six) mois, des familles déplacées de moins de six mois vivant dans l’aire de santé de CEPROMI et Kanyabayonga, des femmes enceintes (déplacés ou résidents), des enfants de moins de 15 ans (déplacés et résidents), des victimes des VS, et blessés par arme, tout indigent identifié dans la communauté vont recevoir les soins gratuits grâce à l’appui du Comité International de la Croix Rouge (CICR).

Le CICR appui aussi le CS de Luofu dans le sud Lubero par un projet d’accès gratuit aux soins de santé depuis plus d’une année. Cette organisation humanitaire neutre, impartiale et indépendante reste parmi les rares organisations qui sont toujours aux cotés des victimes des conflits armés dans le territoire de Lubero avec plusieurs projets qui répondent aux besoins vitaux des populations affectées.

Beni, Philémon Kachelewa

ACTUALITÉ SOCIÉTÉ