M23 au Nord-Kivu : les activités de l’ONG « PADRA » affectées, la Coordonnatrice ne lâche pas

M23 au Nord-Kivu : les activités de l’ONG « PADRA » affectées, la Coordonnatrice ne lâche pas

Les activités des plusieurs organisations sont actuellement affectées par les affrontements entre les forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du M23 qui se poursuivent dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu.

C’est le cas du Programme d’Assistance aux Drepanocytaires et aux Andemiques (PADRA) oeuvrant dans la province du Nord-Kivu. Selon sa coordinatrice, malgré la situation sécuritaire qui prévaut dans la partie Nord tout comme au sud de la province, les membres de l’organisation se mettent en ordre de bataille en vue d’une sensibilisation en faveur des déplacés qui, selon elle, courent plusieurs risques dans leurs sites. Me Sylvie Yolande craint pour une augmentation des cas de décès liés à la maladie de la drépanocytose.

« […] Étant affectée par ce fléau, je dois continuer ma lutte en sensibilisant plus fort encore car en se déplaçant nous enregistrons des nouveaux cas des grossesse à risque pour augmenter le taux du fléau aussi nous enregistrons beaucoup de décès par rapport à la maladie de la drepanocytose. L’apport de notre organisation à ce qui concerne cette guerre est négatif car étant apolitique nous n’avons pas de leçon à donner par rapport à ça mais étant activiste des droits de l’enfant drepanocytaire nous pouvons souhaiter que ça prenne fin », souhaite-t-elle.

Pour mettre fin à l’agression imposée à la RDC par le Rwanda, Mme Sylvie Yolande appelle les congolais à la conscience pour appuyer les forces loyalistes. En outre, elle invite les habitants du Nord-Kivu à la dénonciation pour mettre hors d’état de nuire les rebelles du M23.

Magloire Kambale depuis Goma

ACTUALITÉ SOCIÉTÉ