Hon. Jean-Paul Lumbulumbu sur le dossier Munzoa à Lubero: « Un dialogue social entre Lubero et Walikale s’impose avant l’enrôlement des électeurs par la CENI »

Hon. Jean-Paul Lumbulumbu sur le dossier Munzoa à Lubero: « Un dialogue social entre Lubero et Walikale s’impose avant l’enrôlement des électeurs par la CENI »

Dans un tweet rendu public ce 13 septembre 2022, l’élu de Lubero, Vice Président de l’Assemblée provinciale du Nord Kivu et Présidént National du PLD, l’Honorable Jean-Paul Lumbulumbu, après avoir reçu une délégation des notables du groupement de fait Munzoa mais reconnu dans la collectivité chefferie des Bamate dans le territoire de Lubero dont le chef de Groupement Monsieur Shembungu Musubao Lufungula et certains chefs des villages, en sa résidence de Goma à Himbi, demande au Gouverneur militaire Constant Ndima d’organiser un dialogue social entre les élus, les notables, les sociétés civiles, les administratifs, les coutumiers des territoires de Lubero et de Walikale en vue de résoudre le problème des limites et d’appartenance du groupement ou localité de Munzoa au territoire de Lubero ou de Walikale.

Selon l’élu du peuple et notable de Lubero, l’Hon. Jean Paul Lumbulumbu Mutanava, « le groupement Munzoa est l’un des groupements de fait administrés par la collectivité chefferie de Bamate en territoire de Lubero ». À en croire l’Hon. Jean Paul Lumbulumbu Mutanava qui se référe à la carte de l’Institut Géographique du Congo Belge de 1958, « dans le territoire de Lubero, le groupement Munzoa, situé dans la chefferie des Bamate est limité à l’ouest par la rivière Lindi, au Nord par la collectivité des Batangi, au sud par la localité de Mutenda/Bukuka(Walikale). Le groupement Munzoa partage les limites avec le groupement voisin de Usala en territoire de Walikale et non avec Kisimba. Le groupement Munzoa ne partage aucune limite avec le groupement Kisimba mais selon les données tirées des cartographes de la CENI, Munzoa serait proche de Kisimba ».
Connaissant bien son territoire d’origine, l’Hon. Jean Paul Lumbulumbu Mutanava, « à Kisimba on parle la langue Kikobo qui est l’une des langues du territoire de Walikale alors que la population de Munzoa parle le Kipiri suite à son voisinage avec la collectivité chefferie des Bapiri, l’une des langues parlées dans le territoire de Lubero après la langue Nande, d’où il n’y a aucun doute que cette population appartient au territoire de Lubero ». Il poursuit que « le groupement Munzoa est, de fait, reconnu par le chef de la collectivité chefferie des Bamate a qui le chef de Groupement Munzoa transmet ses rapports ». La feuille de route en annexe en dit longuement.

A entendre parler l’Hon. Jean Paul Lumbulumbu Mutanava, « les cathographes de la CENI, suite à la pression des groupes armés d’origine de Walikale instrumentalisés par certains politiques, ont classé frauduleusement trois centres d’enrôlement appartenant au territoire de Lubero au territoire de Walikale faisant perdre à Lubero un siege ». Selon Lumbulumbu, « Il s’agit du centre d’enrôlement Alekoni situé dans la localité de Bapaikumba, le centre d’enrôlement Mabombi situé dans la localité Baliambo et le centre d’enrôlement Vumilia situé dans la localité Bapongbau, toutes ces localités étant dans la chefferie des Bamate mais transférées frauduleusement dans le groupement Kisimba 2 en territoire de Walikale alors que Munzoa ne partage aucune limite avec le Groupement Munzoa mais plutôt àvec le Groupement Usala du côté Walikale ».

Selon cet élu, « si en 2018 le territoire de Lubero a perdu environs 9.000 électeurs en faveur de Walikale, réduisant ainsi le nombre des élus de Lubero, l’Hon. Jean Paul Lumbulumbu Mutanava estime que pour raison de justice, un dialogue social entre Lubero et Walikale s’impose pour règler pacifiquement cette question qui oppose Walikale et Lubero ».

Beni, Philémon Kachelewa

ACTUALITÉ SOCIÉTÉ