0 2 minutes 2 ans

La coordination urbaine de la société civile de Goma au Nord-Kivu hausse le ton après la découverte d’un corps inerte la matinée du mercredi 26 janvier dernier au quartier Kasika, Avenue Katoyi dans la commune de Karisimbi.
Dans une interview exclusive accordée au permanent de kivuactualites.com en ville de Goma au lendemain de la découverte macabre, cette structure citoyenne par l’entremise de son vice président Vicar Batundi a donné quelques propositions, estimant que la situation était désormais devenue monnaie courante dans la ville touristique de Goma.
Ces propositions sont entre autres la délocalisation des camps militaires de Goma, la meilleure prise en charge des éléments de la police et la mutation des militaires du Nord-Kivu vers d’autres provinces.

« La situation sécuritaire en ville de Goma demeure inquiétante parce qu’il ne se passe plus une seule nuit sans qu’on alerte sur des atteintes en vies humaines. Ce, malgré l’État de siège. La société civile voudrait voir la délocalisation des camps militaires et la mutations des hommes armés dans d’autres provinces », a proposé Vicar Batundi.

Tenez, c’est dans le quartier Kasika avenue Katoyi en commune de karisimbi qu’un corps d’un homme d’une trentaine environ a été découvert la mâtiné du mercredi 26 janvier 2022.
Les causes et les auteurs de cet homicide ne sont jusque-là pas connus.

À préciser que les tueries des civils se portent bien et alors bien en ville de Goma ces derniers jours. Et dans la plupart de cas, c’est la jeunesse norkivutienne qui en est victime.

Héritier Uvoya bin Miya

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *