État de siège: « Il n’y a aucune raison de continuer avec l’administration militaire qui se comporte exactement comme le ferait une administration civile » (Hon. Grégoire Kiro)

État de siège: « Il n’y a aucune raison de continuer avec l’administration militaire qui se comporte exactement comme le ferait une administration civile » (Hon. Grégoire Kiro)

L’élu de la ville de Beni l’a dit samedi 07 mai 2022 à partir de Kinshasa capitale de la République Démocratique du Congo(RDC).
D’après lui, il faudra revenir à une administration civile.

« On doit revenir à une administration civile, sous quelle forme, je ne sais pas encore car il faudra en discuter lors de la table ronde annoncée par le Chef de l’État, qui sera le seul à décider. Les autorités de l’état de siège ne sont même pas impliquées dans les opérations, contrairement à l’ordonnance qui avait instauré ce régime d’exception qui indique clairement que les gouverneurs de provinces sont en même temps commandants des opérations militaires. Or on constate que ces autorités s’intéressent plus aux aspects administratifs et fiscaux de la gestion des entités concernées, la multiplication des taxes notamment. Ils ne font pas le travail pour lequel, ils ont été installés », a-t-il fait savoir.

« Il n’y a aucune raison qu’on continue avec une administration militaire qui se comporte comme le ferait une administration civile. Et puis il faut dire les choses comme elles sont. Nous sommes actuellement en pleine opération militaire dans le cadre de la mutualisation des forces entre les armées congolaise et ougandaise, il y a une coordination qui s’occupe du commandement des opérations. Alors dans ce contexte là il y a chevauchement des attributions des gouverneurs de provinces et la coordination de la mutualisation des forces, surtout qu’il existe déjà d’autres structures comme la zone de défense et la région militaire. La mutualisation est acceptée par la population, même si les résultats ne sont pas encore à la hauteur des attentes. En tout cas les espoirs sont permis », a ajouté l’honorable Grégoire Kiro.

Il pense qu’on devrait donner la chance aux opérations conjointes et renforcer le côté FARDC plutôt que de multiplier les structures qui, au final interfèrent négativement dans la recherche de la solution.
Il a aussi affirmé que l’actuel Chef de l’État présente l’avantage d’être à l’écoute des élus, car il est prompt à les recevoir, à discuter avec eux à chaque fois qu’il y a un problème, avant de donner comme preuve que la mutualisation des forces, tout comme les opérations d’envergure lancées fin 2019 faisaient partie des demandes des élus du Nord/Kivu et de l’Ituri.

Bienvenu Katava

ACTUALITÉ SÉCURITÉ