État de siège au Nord-Kivu et en ituri : « Deux ans après son instauration, les massacres et l’insécurité persistent » (Me Achille Kapanga)

État de siège au Nord-Kivu et en ituri : « Deux ans après son instauration, les massacres et l’insécurité persistent » (Me Achille Kapanga)

L’État de siège au Nord-Kivu et en Ituri vient de totaliser deux ans depuis son instauration. Maître Achille Kapanga indique que rien n’évolue sur terrain. Les tueries continuent et une partie du Nord-Kivu est entre les mains du M23 appuyé par l’armée Rwandaise.

A l’en croire, l’évaluation de cette période spéciale émane de l’assemblée nationale. Il regrette que la prorogation de l’état soit une formalité par les députés nationaux chaque fois après 15 jours.

Ce notable de l’Est de la RDC, dit ne pas comprendre comment à cette période où l’armée et la police gèrent tout, l’insécurité peut s’accentuer dans plusieurs zones. Ils demandent aux responsables de l’état de siège de ne pas confondre leurs missions.

« On a vu les autorités de l’état de siège se lancer dans les activités de développement. Ils doivent plutôt aller aux fronts, c’est ça l’objectif de l’état de siège. Mais aujourd’hui les questions sécuritaires deviennent secondaire, c’est déplorable. Ces autorités se préoccupent maintenant des taxes » rapport maître Achille Kapanga, avocat au barreau de la Tsopo.

Il invite les dirigeants de l’état de siège de prendre des mesures qui s’imposent pour restaurer l’autorité de l’état sur toute l’étendue du pays. Ce maire honoraire de la ville de Beni s’indigne aussi de voir certaines villes du Nord-Kivu être dirigées par des maire promus déjà généraux.

Bienvenu Katava

ACTUALITÉ SÉCURITÉ