EPST : zéro élève finaliste venu des écoles du groupement Bahumu parmi les 580 participants aux préliminaires de l’Examen d’État en sous-division de Kamango-Watalinga

EPST : zéro élève finaliste venu des écoles du groupement Bahumu parmi les 580 participants aux préliminaires de l’Examen d’État en sous-division de Kamango-Watalinga

Les épreuves préliminaires de l’examen d’État, édition 2023-2024 ont débuté lundi 06 Mai 2024 sur tout l’ensemble de la République démocratique du Congo (RDC).

Dans la sous-division de Kamango, établie sur l’ensemble de la chefferie des Watalinga et une partie du secteur de Ruwenzori, 580 finalistes dont 424 garçons et 156 filles, sont inscrits à cette session. Ces chiffres ont été communiqués par Bantuki KizadiloGabriel, Sous-Proved de la sous-division de l’EPST Kamango au deuxième jour de passation de ces épreuves.

Selon lui, deux (2) centres, respectivement de Kamango et de Nobili ont été aménagés sur l’ensemble de son entité éducationnelle.

Au micro du reporter du site d’informations kivuactualites.com, le Sous-Proved Bantuki Kizadilo Gabriel a d’abord remercié le gouvernement central pour la prise en charge des frais de participation des finalistes du Nord-Kivu, a réitéré l’appel à tous les candidats à l’assiduité au travail, à braver la peur et à éviter toutes formes d’antivaleurs, avant de préciser que jusqu’au deuxième jour de passation de ces épreuves aucun incident n’est à signaler.

« Ce matin, je viens de finir la ronde dans les deux centres que compte la sous-division de l’EPST Kamango. À ce deuxième jour, rien n’a été signalé comme incident. Tous les élèves finalistes sont présents aux centres respectifs, tout se déroule normalement et l’espoir est que ca va tres bien se clôturer. Nos remerciements s’adressent au gouvernement du pays qui exempté les élèves finalistes du Nord-Kivu de l’édition 2023-2024 du paiement des frais scolaires », a-t-il observé.

À cette même occasion, il a été remarqué que d’entre les 580 élèves finalistes qui prennent part à ces épreuves, aucun et alors aucun n’est venu des écoles secondaires du groupement Bahumu. Tous sont venus des groupements Batalinga et Bawisa.

Des indiscrétions ont révélé que le groupement Bahumu qui n’a produit aucun élève finaliste cette année 2023-2024 ne dispose que deux établissements qui organisent des cycles complets. Les élèves finalistes auraient décidé d’abandonner ces écoles car devenues presque non viables.

Une autre raison serait que le Chef de groupement Bahumu se serait moins intéressé au secteur de l’éducation dans son entité. Les initiatives allant dans le sens de promouvoir l’éducation dans cette partie de la Chefferie des Watalinga seraient quasi inexistantes dans cette entité et la responsabilité première incombe au Chef de groupement. Alors que les deux autres groupements de la chefferie des Watalinga disposent chacun de plus de huit (8) établissements qui organisent des cycles complets, le groupement Bahumu quant à lui ne dispose que deux écoles seulement dont les Instituts Mutunduluko et Vulima. En plus, dans cette partie la priorité pour la population locale reste essentiellement axée sur le secteur agricole. Aussi, l’attention des jeunes en âge scolaire dans ce groupement reste fichée sur le mariage précoce au détriment de l’école. Voilà des facteurs qui seraient à la base du frein de l’éducation en groupement Bahumu. Les autorités tant de l’état que éducationnelles ont donc du pain sur la planche pour arriver à rehausser le niveau de l’éducation en groupement Bahumu.

Pour sa part, un acteur de développement contacté par la rédaction centrale et qui s’est exprimé sous anonyme a recommandé au Chef du groupement Bahumu de se pencher sur la promotion de l’éducation en instaurant le système de: « Un village, une école secondaire car l’instruction est le socle de développement de toute entité ».

« Sinon, le Chef de groupement est en face d’une situation honteuse qui ternie son image et celle de son entité », a-t-il renchéri.

D’après lui en fin: « On ne développe pas un peuple mais le peuple se développe. Les Bahumu doivent immiter les autres à ce qui concerne l’instruction. Sinon, ils continueront à crier jours et nuits que les autres les marginalisent ».

Il faut noter que les épreuves préliminaires de l’Examen d’État, seront clôturées le 11 mai prochain.

Beni, Philémon Kachelewa

ACTUALITÉ ÉDUCATION