Dossier foncier au quartier Congo ya sika à Kasindi-Lubiriya: Maître Achille Kapanga craint des éventuels conflits suite à l’amateurisme de la commission qui distribue des parcelles à son propre gré

Dossier foncier au quartier Congo ya sika à Kasindi-Lubiriya: Maître Achille Kapanga craint des éventuels conflits suite à l’amateurisme de la commission qui distribue des parcelles à son propre gré

Maître Achille Kapanga, notable dans la région de Beni continue à fustiger les travaux de la commission qui trace et distribue des parcelles dans le quartier Congo ya Sika à Kasindi Lubiriha, zone convoitée entre la population et l’institut Congolais pour la conservation de la Nature.

Très visible et engagé dans le suivi de ce qui se passe en cité frontalière de Kasindi-Lubiriya, au quartier Congo ya sika où une commission établie statue sur le remesurage des parcelles, l’ancien directeur de cabinet du ministre provincial des affaires foncières Kitsa Mahali, maitre Achille Kapanga précise qu’il n’y’a pas un conflit ni litige entre lui et la commission qui effectue des travaux sur terrain.

« Nous sommes en train de chercher à faire revenir nos amis à la raison pour éviter que demain naisse des problèmes fonciers après leur passage là bas. La commission qui est sur terrain est éphémère et ne sera pas là pour toujours. Il y’a risque des problèmes dans les jours à venir. Je ne suis pas entrain d’inventer la roue car j’ai une expérience avérée dans ce domaine », a dit maitre Achille Kapanga, ancien conseiller principal de Mashauri Tsongo wa Tsongo, à l’époque ministre des affaires foncières sous le RDC/K-ML de Mbusa Nyamwisi, qui indique vouloir partager son expérience avec les membres de ladite commission composée de la société civile, la Lucha, la véranda Mutsanga qui confondent le domaine foncier avec les actions de la rue.

« Ici, ce n’est pas question de la rue, nous parlons dossiers fonciers. Ce n’est pas normal que vous parliez « lotissement » alors qu’il n’y a pas un arrêté du gouverneur. J’ai même dit, le gouverneur va signer un arrêté avec quel soubassement, surtout que cette question n’est même pas de sa compétence. Si demain il y aurait des questions qui vont naître devant les cours et tribunaux, comment nous allons les gérer, c’est ça la prudence puis que la commission là n’est pas un tribunal ni un parquet, c’est juste quelques personnes qu’on a mises ensemble pour un travail de circonstance car demain ça va finir. Et quand ça finira, il y aura quoi », a-t-il éclairé.

Il condamne le traitement de certains de ses clients des braconniers.

« Nous sommes à Kasindi-Lubiriya où plusieurs bureaux de l’État sont construits dans le quartier Congo ya sika dont la DGDA, l’OCC, DMG et même des entrepôts, donc tous ce monde sont des braconniers et l’État congolais qui avait construit ce bureau est braconnier ? », s’est-il interrogé, tout en demandant aux membres de la commission de ne pas manger les fruits du braconnage pour ne pas être qualifier des receleurs.

Maitre Achille Kapanga demande ainsi à la population de cette partie du territoire de Beni en province du Nord-Kivu, d’ériger chacun une cabane dans sa parcelle pour voir qui viendra déranger car il existe des documents de distributions des parcelles.

« Quelque part nous sommes tombés sur des documents là où des gens se sont distribués des parcelles, nous auront le temps de vérifier tout ça. Nous sommes entrain de chercher à recadrer les choses pour qu’elles se passent proprement. Il n’y a pas des polémiques, éviter même d’entrer dans les vies privées des uns et des autres, ça n’a pas des sens, travaillons selon la loi. Je me pose la question, est ce que la commission est-elle permanente, si oui, elle a été instituée par quel texte légal, pourquoi ne pas prévenir. Nous sommes là pour proteger les intérêts de la population », a-t-il insisté.

En fin le notable Achille kapanga conseille aux uns et aux autres d’éviter d’induire certaines autorités en erreur car la lecture sociologique des faits est différente de celle dite juridique ou administrative. Le cas du procureur de Beni qui vient d’être rappelé à d’autres fonctions en serait une illustration.

Bienvenu Katava

ACTUALITÉ SOCIÉTÉ