0 4 minutes 2 ans

L’arrivée d’une force régionale à l’Est de la République Démocratique du Congo(RDC) semblerait itopique malgré le conclave de Nairobi. Certains analystes politiques pensent autrement sur la situation sécuritaire dans la région des Grands Lacs.

En effet, Evariste Lichomoya cadre influent du parti politique Rassemblement des Congolais pour la Démocratie Kisangani Mouvement de Libération (RCD-KML) dans la région de Béni trouve de l’ambiguïté dans la constitution de cette force des pays membres de la communauté de l’Afrique de l’Est (EAC). Sa position est consécutive au refus de la République Unie de la Tanzanie de mettre ses troupes en contribution. Pour lui, ce refus catégorique complique déjà le plan des chefs d’Etats de l’EAC.

« Déjà avec le refus de la Tanzanie de mettre ses troupes en contribution compliqué la donne. Le Rwanda qui appui le M23, l’Ouganda qui joue un double jeu, le Kenya qui commande les troupes au détriment des FARDC…une véritable tour de babel. Plus de 50 États déjà présents dans l’Est de la RDC. C’est une équations à plusieurs inconnus », a indiqué Evariste Lichomoya.

Ce haut cadre du RCD/K-ML insiste sur la sincérité des partenaires avec lesquels le gouvernement congolais signe des accords. Évoquant le cas d’espèce du partenariat avec le gouvernement ougandais dans le secteur de la défense, il propose au Président Congolais de remettre le compteur à zéro(résilier le partenariat) si l’Ouganda ne s’affiche pas comme un partenaire sincère et s’il ne répond pas aux résultats attendus.

« Nous devons aussi comprendre que la RDC a signé le contrat de défense à l’Est de la RDC de bonne foi et faisant confiance au partenaire ougandais. Si ce dernier à travers son comportement ne répond plus au besoin de la cause, le président Tshisekedi a plein droit de résilier cet aaccord et demander aux militaires ougandais de quitter le sol Congolais », a-t-il conclu.

Le point de vue exprimé par cet acteur politique est aussi partagé par plusieurs internautes qui estiment que Félix Tshisekedi devrait déclarer l’État d’urgence pour faire la guerre aux ennemis du pays. Ils invitent encore le Chef de l’État congolais à compter sur les congolais eux-mêmes réunis au sein des forces vives pour la pacification de la partie orientale de la RDC.

« Les députés tanzaniens refusent d’envoyer leurs militaires en RDC parce que c ‘est toujours la RDC qui a autorisé la sortie de ses minerais, les congolais sont distraits et vont danser en Tanzanie au lieu de défendre leur pays.
Félix tshisekedi Tshilombo doit écouter ce message. Il doit déclarer l’État d’urgence pour faire la guerre aux ennemis. Nous demandons à tous les fils et filles du grand Kivu de rejeter l’offre de nomination au poste du premier ministre tel que proposer à Nairobi pour ne pas exécuter les accords occultes signés par Félix Tshisekedi et les criminels, terroristes et génocidaires Tutsis. Congolais, ne comptons pas sur les étrangers pour sauver notre territoire », ont-t-ils laissé attendre.

La force régionale annoncée pour combattre les groupes armés à l’Est de la RDC serait constituée des troupes Ougandaises, Rwandaises, Burundaises, Sud-Soudanaises, Kenayanes, Tanzaniennes et Congolaises. Toutefois, tout semble moins clair avec le conclave de Nairobi. Selon certaines analyses, le Rwanda et l’Ouganda joueraient la carte pour des raisons économiques et expansionistes dans cette partie du pays.

Philémon Kachelewa depuis Beni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *