0 4 minutes 2 ans

En ville de Butembo au Nord-Kivu où il séjourne dans le cadre de ses vacances parlementaires, le député national Éric Kamavu s’est exprimé, jeudi 10 février 2022, au sujet des actions de protestation qu’organisent depuis un certain temps les mouvements citoyens et groupes de pression pour exiger soit la fin de l’État de siège ou le départ de la mission onusienne (MONUSCO).

Au micro de radio Okapi sous station de Butembo, l’élu de cette ville a, non seulement, appelé les organisateurs de ces actions de protestation à soutenir le régime d’exception de l’État de siège mais également à avoir, de fois, pitié de ces mamans qui se recherchent en commercialisant des produits maraîchères au centre ville. Car, a expliqué Éric Kamavu, une fois les mouvements citoyens et groupes de pression déclenchent une action, les fruits et légumes que vendent ces mamans sont aussitôt voués au pourrissement causant ainsi aux propriétaires d’énormes pertes en capitaux.

« …Il y a beaucoup de pertes que nous subissons. Ça nous fait de fois très mal de voir des mamans qui rentrent à la maison avec les bananes, les tomates, les avocats qui n’ont pas été vendus et qu’elles doivent jeter puisqu’ils sont pouru puisqu’il n’y a pas eu d’activités. Cela nous fait tellement mal. Nous allons demander à nos jeunes de faire tout pour que ces genres de choses ne puissent pas arriver. Depuis un certain temps, il y a beaucoup d’intoxications, il ya beaucoup de mouvements citoyens et groupes de pression aussi, parfois qui n’ont même pas Maîtres et ça fait qu’il y ait beaucoup de dégâts aussi à travers la ville. Depuis que je suis arrivé, il y a beaucoup de rapports que j’ai déjà eu et que je dois amener à la hiérarchie pour qu’on trouve la solution à toutes ces revendications des jeunes. Pendant cet État de siège, c’est un moment pendant lequel nous du Nord-Kivu et de l’Ituri nous nous sommes rendus compte qu’il ya beaucoup de problèmes et qu’il fallait encore essayer de réorienter cet État de siège », a précisé à kivuactualites.com l’élu de Butembo.

À ce cadre du parti politique RCD/K-ML de révéler que c’est à la suite de l’échec de l’État de siège constaté sur terrain que l’Assemblée nationale avait proposé au président de la République d’inviter une armée étrangère afin de venir mutualiser avec les forces armées de la RDC (FARDC) dans la traque des groupes armés locaux et étrangers auteurs de plusieurs exactions contre les civils à l’Est du pays.

« C’est à cause de cela que quand nous avons constaté qu’il y a eu échec qu’il y a eu appel à l’armée étrangère, l’UPDF pour venir soutenir l’État de siège afin que la paix revienne le plus tôt possible », a conclu Éric Kamavu.

Dénonçant ce qu’ils qualifient « d’échec de l’État de siège et de l’indifférence de la MONUSCO à sécuriser les civils contre les atrocités des rebelles », des mouvements citoyens et groupes de pression organisent, depuis peu, des manifestations dans les villes de Butembo et Beni au Nord-Kivu. Des manifestations qui ont toujours été à la base d’énormes dégâts humains et matériels.

Philémon Kachelewa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *