Beni: une présumée recruteuse ADF arrêtée à Watalinga

Beni: une présumée recruteuse ADF arrêtée à Watalinga

Il s’agit de la nommée Soki Rachel Mupanda venue de l’agglomération de Vitchumbi dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Elle a été interceptée lundi 21 août courant alors qu’elle logeait dans un hôtel au centre négoce de Nobili.

Comment madame Soki Rachel Mupanda a-t-elle ete démasquée?

C’est le fait que celle-ci était accompagnée de huit (8) personnes qui a suscité la curiosité du gérant de l’hôtel. Parmi ces personnes figurent six (6) garçons/hommes et deux (2) filles/femmes. Prudent qu’il est, le gérant est allé saisir les services de sécurité qui se sont aussitôt déployés sur le lieu puis mettre la main sur les suspects. Ils ont en suite été conduit au commandement du regiment basé à Kamango (Chefferie des Watalinga, territoire de Beni) pour une exploitation approfondie. La première impression des services de sécurité et qui semble être la plus évidente est telle que cette femme serait chargée du recrutement pour le compte de la nébuleuse rebellion de l’ADF.

De la version de la femme suspecte

Dans sa deposition, madame Soki Rachel Mupanda a d’abord avouée venir de Vitchumbi pour l’Ouganda où elle exerce l’activité de pêche au lac Albert. Cependant, elle a rejeté en bloc l’accusation de la chargée du recrutement mise en sa charge. Pour elle, le fait de se retrouver à watalinga c’est parce qu’il lui a été informé que la route Eringeti-Boga-Bunia qu’elle a toujours fréquenté n’était plus appropriée suite à l’activisme des rebelles terroristes ADF.

« Je n’ai rien fait. Je viens de Goma. Arrivé à Butembo j’ai appris que la route Eringeti n’était pas fréquentable et je me suis dit que je ne devrais risquer les enfants d’autrui sur cette route. C’est ainsi que nous avons appris que la route de Nobili était accessible et que sur place je devrais simplement remplir les formalités puis traverser vers l’Ouganda sans problème. C’est pourquoi sommes venu passer par Nobili. Mais en réalité nous n’avons aucun mauvais projet ou quelque chose de mauvais qui nous a fait venir ici. Je suis commerçante et très connue par nombreux. Bien avant je pratiquait le commerce de vente des habits de Kampala à Goma mais à cause de la vie chère, actuellement je commercialise les poissons. Je ne suis qu’une passagère, je n’ai pas des maisons d’habitation ici. C’est moi qui conduit cette équipe qui est constituée de mes frères et sœurs. À Vitchumbi où ils étaient chez moi, ils n’etudiaient plus. À notre arrivé à Nobili et avant même de dormir, le gérant est allé alerté la police. Nous n’avons pas de feuille de route mais nous avons nos cartes. Entant que voyageuse de chaque jour, je ne ne peux pas disposer d’une feuille de route. Je m’apprêtais aller remplir les formalités auprès de la DGM avant de traverser vers l’Ouganda », a expliqué la suspecte Soki Rachel Mupanda. Elle a donc plaidé pour son innocence.

Pour leur part, les membres de cette équipe qui se sont confié à la presse locale ont assuré aller vers un endroit qu’ils ne maîtrisent pas et que seule madame Soki Rachel Mupanda connaissait la vraie destination. Ils ont plaidé pour facilitation de leur retour du lieu de la provenance.

« Nous avons une sœur qui nous a fait venir à Nobili en provenance de Goma. Nous avons été contacté par une sœur qui travaille en Ouganda. Elle a acheté des filets de pêche à Goma. Elle nous a négocié auprès de nos parents prétextant que nous étions désœuvrés. Nous ne savons pas notre destination. Nous souhaitons qu’ils nous soit facilité notre retour à la maison », ont-ils plaidé.

En dépit du rejet de l’accusation portée contre elle, madame Soki Rachel Mupanda reste immobilisée entre les mains des services de sécurité. Ce, parce qu’il s’est révélé une contradiction entre ses propos et ceux des membres de l’équipe qu’elle dirigeait.

Des retombés du projet JIWE LANGU KWA USALAMA WA BENI ?

Depuis presque quatre mois, il s’exécute en chefferie des watalinga et dans une partie du secteur de Ruwenzori en territoire de Beni un projet à caractère sécuritaire dénommé « JIWE LANGU KWA USALAMA WA BENI ». Conçu et exécuté par le Consortium Beni Usalama constitué de trois composantes dont l’organisation « Ubuntu Panafrika », du « Bureau de l’Honorable Boris Maelezo » et du service « SECAS » de l’armée, ce projet vise à promouvoir le mariage civilo-militaire. Il encourage la population à collaborer étroitement avec les services de sécurité en dénonçant tous les cas suspects. Ce qu’a su faire comme travail le gérant de l’hôtel où madame Soki Rachel Mupanda a été interceptée.

Beni, Philémon Kachelewa

ACTUALITÉ SÉCURITÉ