0 4 minutes 3 semaines

Le village Kikingi en groupement Bolema dans le secteur de Ruwenzori en territoire de Beni au Nord-Kivu a été attaqué, la nuit du mercredi 26 au jeudi 27 juin 2024, vers 00h, par des assaillants dont l’identité n’est pas exactement connue.

Les sources de commandement du regiment basé en chefferie des watalinga renseignent que les auteurs de cette attaque meurtrière seraient des jeunes venus de différentes entités du territoire de Beni, plus précisément du secteur de Ruwenzori et qui se sont retrouvés à Kikingi pour des activités champêtres. C’est à leur arrivé dans cette partie du secteur de Ruwenzori qu’ils ont développé une aventure et crée une milice prétextant vouloir défendre les habitants de cette localité. À en croire les mêmes sources, c’est vers 00h que ces assaillants, estimés à une vingtaine, ont lancé une attaque armée contre un convoi des éléments de défense et de sécurité de UPDF et des FARDC en patrouille de routine. Aussitôt, des échanges des tirs nouris ont éclaté entre les deux parties. À l’issue de cet accrochage de plus d’une heure, le bilan provisoire est d’un (1) élément de l’armée Ougandaise, UPDF blessé à la balle puis succombé plus tard de suite de ses blessures, de trois (3) assaillants tués à côté de deux autres (2) blessés, indiquent les sources militaires. Ces blessés, poursuivent-elles, sont présentement adminis à l’hôpital général de référence de Kamango pour les soins appropriés.

Au regard de cette situation, le commandement du regiment militaire basé à Watalinga qui, du reste contrôle aussi Kikingi invite la population de cette localité à se désolidariser avec les groupes armés, à collaborer étroitement avec les services de sécurité et à demeurer très vigilante. Il exhorte également la population à ne prêter confiance qu’à son unique armée (FARDC) appuyée par leurs amis d’armes, les UPDF et de se méfier des flatteurs de tout bord.

En effet, la région de Beni fait face, depuis plus de dix ans, à l’activisme accru des terroristes ADF. Ceux-ci tuent atrocement les civils, pillent et incendient des maisons d’habitation et de commerce de la population. Cette situation a toujours été à la base des déplacements massifs des populations. Pour prévenir toute confusion dans la traque de ces terroristes, le commandement du secteur opérationnel SOLOLA1 avait exigé tous les groupes armés qui se disent des Wazalendo (patriotes) à pourvoir s’identifier auprès des commandants des unités de l’armée régulière qui leur sont proches afin qu’ils soient orienté à Rutshuru, Masisi et Kanyabayonga pour œuvrer aux côtés de FARDC dans la traque des rebelles du M23. Les groupes armés réfractaires à cette identification sont désormais considérés comme des groupes négatifs et sont donc susceptibles de subir la frappe de l’armée régulière au même titre que les terroristes ADF.

Beni, Philémon Kachelewa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *