Beni: « L’attaque de Kabasha la nuit du 8 au 9 novembre par l’ADF pourrait être une revendication des bombardements qu’a subit le M23 dans le Rutshuru » (Député Bertrand Ngwali)

Beni: « L’attaque de Kabasha la nuit du 8 au 9 novembre par l’ADF pourrait être une revendication des bombardements qu’a subit le M23 dans le Rutshuru » (Député Bertrand Ngwali)

Depuis un certain temps, les rébellions terroristes des Forces Démocratiques et alliés (ADF)et le Mouvement du 23 Mars (M23) presentent des indices sérieux de similarité.

En effet, l’allure et l’ampleur des attentats dont sont auteurs les ADF riment avec les revendications contenues dans les communiqués du M23. Il suffit d’analyser celui du 08 Novembre où le bishop Runiga évoque les réfugiés qui se trouveraient, il y a 28 ans (depuis le génocide) au Rwanda, au Burundi, en Ouganda, en Tanzanie, au Kenya et en somalie. Curieusement, le bishop insinue dans ce communiqué que le M23 aurait le soutien de l’ONU, de l’UA, de la CIRGL et de la EAC, des organisations qui réunissent des pays agresseurs et, malheureusement, auxquelles la République Démocratique du Congo (RDC) pense se greffer pour endiguer la crise.

« Voilà pourquoi il est indubitable que l’ADF et le M23 sont identiques bien que les modes opératoires soient différents.
En outre, très probablement, les pays qui hébergent les soit disant réfugiés se ligueraient afin de rapatrier leurs hôtes. Sur quelle terres? »,
s’est interrogé le député provincial du Nord-Kivu Bertrand Ngwali.

« Ce à quoi nous assistons, est une diversion, provoquée par ces apatrides, pour détourner l’attention de la République démocratique du Congo qui, évidemment, semblait déjà se préoccuper davantage de la situation de Rutshuru, oubliant que l’ADF/RDF fait des morts et detruit à chaque minute qui passe », a-t-il fait savoir.
« L’on pourrait d’ailleurs parler d’une revendication des bombardements des positions M23/RDF dans le Rutshuru.
L’on doit tout de même fustiger le retard dans les interventions parce que si les avions de chasse avaient été déployés contre l’ADF/RDF les massacres ne s’étendraient pas, étant donné que l’ennemie était localisable (cf. Triangle de la mort)
, a révélé l’élu du territoire de Beni.

Au niveau tactique, nous continuons à soulever que le dégarnissement des lignes de front dans le grand Nord demeure une imprudence monumentale.

« L’on fairait œuvre utile si l’on attaquait simultanément l’ennemie qui opère au Nord comme au Sud de la province sous deux modes différents mais, visiblement, avec les mêmes objectifs », a conclu Honorable Bertrand Ngwali.

Pour rappel, les rebelles ADF ont signé une nouvelle incursion sur l’axe Butembo-Beni la nuit du mardi à ce mercredi 9 novembre. Ils ont ciblé Kabasha, un grand village situé à 30 km au Nord de Butembo, sur l’axe Butembo-Beni (Nord-Kivu). Contacté, Monsieur Muhindo Kaserya, président d’un comité de santé local a affirmé que les assaillants sont venus du côté de Tabi et Kakuka, entre Mataba et Kabasha, via la ferme privée de Joseph Kabila, à l’est de Kabasha.

Des images qui vienaient de Kabasha, l’avant midi du mercredi, ont montré également des véhicules, notamment des poids lourds et des voitures incendiées.

Une autre source bien renseignée jointe depuis Kalunguta à indiqué qu’en se retirant de Kabasha, les assaillants se seraient accrochés avec un groupe de miliciens Mai-Mai de l’UPLC sur des collines surplombant la ferme de Kabasha. A cette occasion, certains otages ont réussi à s’échapper.

Plusieurs habitants, y compris des personnels soignants du centre hospitalier attaqué, ont trouvé refuge dans des villages situés à l’ouest de Kabasha, notamment à Kasebere où ils ont passé nuit dans la brousse.

Rédaction

ACTUALITÉ SÉCURITÉ