Beni: « JIWE LANGU KWA USALAMA WA BENI », un projet civilo-militaire devenu une réalité à Watalinga, entité pilote

Beni: « JIWE LANGU KWA USALAMA WA BENI », un projet civilo-militaire devenu une réalité à Watalinga, entité pilote

Annoncé depuis environ un mois(1), c’est en fin vendredi 17 et samedi 18 mars 2023 que les premières activités organisées dans le cadre du projet JIWE LANGU KWA USALAMA WA BENI se sont tenues en Chefferie des Watalinga, territoire de Beni au Nord-Kivu. Si vendredi a été consacrée à la réunion de formation de vingt (20) personnes parmi lesquelles onze (11) seront recrutées pour animer le projet, samedi était la présentation du même projet aux membres du comité local élargi de sécurité(chef de Chefferie, agents de sécurité, chefs de groupements et quelques chefs de localité) et aux représentants de différentes couches de la population réunies au sein de la société civile dont jeunesse, associations féminines, agriculteurs, confessions religieuses, motocyclistes, leaders d’opinion,…

Dans la salle des réunions du bureau administratif de la Chefferie des Watalinga où se sont tenues les activités de 9 à 12 heures, c’est le Député National Honoraire Boris Maelezo qui tenait la parole le premier pour donner aux participants le sens du projet « JIWE LANGU KWA USALAMA WA BENI ». Ce, entant que l’un de ses concepteurs. Dans son allocution, cet ancien membre de l’Assemblée nationale a révélé que le dit projet qui va s’exécuter en Chefferie des Watalinga dans une échéance d’un an, possiblement une fois renouvelable tire son sens dans la question que peut se poser tout et chacun sur ce que peut être son apport ou sa contribution pour la restauration et le maintien de la sécurité dans son entité. À l’issue de cette question, a dit Honorable Boris Maelezo, la réponse donnée par l’un et l’autre pourra contribuer au rétablissement de la paix et sécurité dans la région de Beni en général et en Chefferie des Watalinga en particulier. À l’en croire, il est de fois inadmissible qu’un groupe rebelle de seulement 20 à 30 individus arrivent à déplacer tout un village de plus de 10.000 personnes. Raison pour lui d’inviter aux participants aux deux activités de changer la done en chassant de très loin la peur pour accompagner les services de défense et de sécurité dans la lutte contre l’insécurité.

Pour leur part, Maître Andera de l’organisation Ubundu Pan Africa et Colonel Valentin Hangi de la garnison du Service d’Éducation Civique Patriotique et d’Action Sociale, SECAS au sein des FARDC qui sont aussi dans l’exécution du projet ont, de prime abord, confirmé la disponibilité du fonds pour l’appuyer. En plus de donner les grandes activités à réaliser durant le projet, ils ont insisté sur le fait que la sécurisation de Watalinga ne peut être possible que grâce à l’accompagnement des fils et filles de cette Chefferie. Pour eux, les moyens étant disponibles, il ne revient qu’à la population locale de donner le meilleur d’elle-même pour arriver à l’objectif. Ils ont émis le soucis ardent de constater prochainement qu’à l’issu des résultats dégagés à Watalinga comme entité pilote que le projet arrive à être généralisé sur l’ensemble du territoire de Beni et/ou de la province du Nord-Kivu.
À les en croire, un budget conséquent étant déjà alloué à ce projet, son exécution sera en totalité par une main d’œuvre.

Le Chef de la Chefferie des Watalinga, Mwami Pascal Saambili qui a ouvert l’activité du samedi liée à la présentation du projet a, non seulement salué l’initiative, mais également a invité les participants à se l’approprier. D’après lui, la sécurité étant l’affaire de tous, la contribution de tous est vivement attendue. Il a souhaité que les résultats recueillis à Watalinga dans le cadre de ce projet servent de base dans sa prochaine exécution dans d’autres entités.

Quand aux participants, sourires aux lèvres, ils ont montré leur intérêt soutenu vis-à-vis du projet. Dans leurs interventions pendant la phase des questions-réponses, étant conscients d’être les principaux bénéficiaires de ce projet, ils ont en majorité pris l’engagement de l’accompagner pour des résultats escomptés.

Pour rappel, sous le financement du couple Jason Hackmann et Jennifer, le projet JIWE « LANGU KWA USALAMA WA BENI » sera exécuté en Chefferie des Watalinga, considérée comme entité pilote. Le délai d’exécution de 1 an renouvelable. Il sera exécuté par le « Consortium Beni Usalama » composé de l’organisation Ubundu Pan Africa, le « Bureau de l’Hon Boris Maelezo » et les service « SECAS » au sein de FARDC. Le début effectif des activités est prévu le 1er Avril 2023. Leurs bailleurs de fonds tout comme les exécutants attendent des résultats probants sur le plan sécuritaire.

Beni, Philémon Kachelewa

ACTUALITÉ SOCIÉTÉ