Beni/État de siège: le sénateur Célestin Vunabandi condamne la répression sanglante de la manifestation des mouvements citoyens et groupes de pression et déplore le manque de professionnalisme de la police

Beni/État de siège: le sénateur Célestin Vunabandi condamne la répression sanglante de la manifestation des mouvements citoyens et groupes de pression et déplore le manque de professionnalisme de la police

Le sénateur Célestin Vunabandi et président national du parti politique « Action pour un Congo nouveau( ACN) » condamne la répression violente et sanglante par la police de la manifestation des mouvements citoyens et groupes de pression tenue lundi 24 janvier 2022 à Beni au Nord-Kivu pour exiger la fin de la mesure de l’État de siège, qui s’est soldée par l’assassinat d’un manifestant et l’interprétation d’une trentaine d’autres.

Il exige l’arrestation du policier présumé auteur du meurtre du militant du mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA), Mumbere Ushindi Dodo, 22 ans et déplore le manque de professionnalisme de la part de la police.

« Je condamne la répression sanglante de la manifestation organisée par la synergie des mouvements citoyens et groupes de pression à Beni au Nord-Kivu et demande des sanctions appropriées au policier qui a donné la mort au jeune activiste.
Je déplore le manque de professionnalisme de la police et j’invite le gouvernement à réformer ce corps pour en faire une police au service des citoyens et pour la protection des biens et des personnes » a déploré le Sénateur Célestin Vunabandi, dans un message publié lundi soir.

Le président de l’Action pour un Congo Nouveau (ACN) déplore également les résultats mitigés de l’État de siège, mesure instaurée par le président, Félix Tshisekedi, en mai 2021, afin de restaurer l’autorité de l’État, dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

« Je déplore également le fait que l’Etat de siège s’est quasiment enlisé et qu’il n’a jusqu’ici apporté aucun résultat concret sur terrain », a fait savoir le sénateur Célestin Vunabandi, qui demande au gouvernement d’écouter les cris d’alarmes de la population du Nord-Kivu et de l’Ituri.

« Le gouvernement devra tenir compte des revendications légitimes de la population du N-Kivu et de l’Ituri et donc, repenser l’organisation de l’État de siège pour des résultats tangibles sur terrain », a-t-il conclu.

Pour rappel, le nommé Mumbere Ushindi est la troisième victime de la répression sanglante des manifestations organisées par les mouvements citoyens et groupes de pression en ville de Beni au Nord-Kivu.
Son assassinat intervient après ceux de Obadi et Marcus toujours par les éléments de défense et de sécurité.
En plus de son assassinat pendant la manifestation de ce lundi, des interpellations ont été également signalées dans les rangs des organisateurs.

A préciser que ce militant du mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) a été tué lundi 24janvier 2022, par balle lors de la répression d’une manifestation contre l’insécurité à Beni et surtout contre l’État de siège en province du Nord-Kivu à l’Est de la République démocratique du Congo, renseigne ce mouvement citoyen.
Mumbere Ushindi Dodo, a été atteint par « une balle tirée par un agent de la police » au niveau du petit marché de Kanzuli (Kasoko, butsili) où une dizaine de militants et manifestants s’étaient rassemblés pour une « manifestation contre l’Etat de siège », a déclaré, Jean Paul Lusenge, un militant de LUCHA.

Philémon Kachelewa

ACTUALITÉ SÉCURITÉ SOCIÉTÉ