BENI : Des étudiants en faculté de droit sensibilisés sur l’action du Comité International de Croix Rouge (CICR) et sur son travail comme gardien du Droit International Humanitaire (DIH)

BENI : Des étudiants en faculté de droit sensibilisés sur l’action du Comité International de Croix Rouge (CICR) et sur son travail comme gardien du Droit International Humanitaire (DIH)

« Plus de 150 étudiants de l’Université Officielle de Semuliki (UOS) et de l’Université Chrétienne Bilingue du Congo (UCBC) dans la ville de Beni ont été sensibilisés par le Comité International de la Croix Rouge (CICR) sur ses activités conformément à son mandat de protéger et assister les victimes des conflits armés ».

Le milieu académique en République Démocratique du Congo reste un partenaire clé du Comité international de la Croix Rouge (CICR) dans la promotion du Droit International Humanitaire (DIH). Le CICR organise régulièrement des séances de sensibilisation sur sa mission et ses activités auprès des étudiants en faculté de Droit, futurs décideurs du pays dans le domaine juridique. C’est dans ce cadre qu’une séance d’échanges a eu lieu le 27 et 28 septembre à l’Université Officielle de Semuliki (UOS) et à l’Université Chrétienne Bilingue du Congo (UCBC) dans la ville de Beni au Nord-Kivu.

Pour le CICR, faire connaître ses activités et son travail de protection et d’assistance des victimes des conflits armés conformément à son mandat qui lui a été confié par les états membres et signataires de la Convention de Genève, c’est très important.

« Plus on en parle, plus on a de chance de faire connaître et respecter le droit des victimes tels que soulignés dans le DIH », fait savoir le CICR.

Avec plus de 150 étudiants venus de l’UCBC et UOS, accompagnés par leurs autorités académiques, le CICR a mis un focus sur ses activités dans le but de les éclairer sur sa mission comme étant une organisation humanitaire neutre, impartiale et humanitaire et leur faire comprendre la pertinence de faire le suivi permanent de l’application du DIH par toutes les parties impliquées dans le conflit. Ceci, dans l’idée de faire connaitre aux étudiants en faculté de droit le rôle que joue le CICR dans les conflits armés ainsi, inciter les étudiants à effectuer des recherches et travaux de fin de cycle orientés vers le DIH.

« C’est un grand honneur pour notre université et pour nos étudiants futurs praticiens du droit de recevoir le CICR pour échanger sur son travail conformément à son mandat. Ces échanges très appréciés ont permis aux étudiants de bien connaitre le CICR et de s’intéresser à son action dans notre région de Beni », a dit Mr Elisée Viso coordinateur de la faculté de droit à l’UCBC.

Ici au grand nord Kivu, Il faut noter que c’est depuis 2010 que le CICR collabore avec les universités dans lesquelles le cours de DIH est régulièrement enseigné. Chaque année après l’enseignement du cours, le CICR est invité à partager son expérience avec les étudiants qui en profitent pour échanger sur des questions pratiques ainsi que les défis d’application du DIH.

Ce cadre d’échange n’est pas seulement un moment académique mais, c’est aussi pour le CICR une occasion d’évaluer sa perception, renforcer son acceptation et clarifier certaines questions de ces futurs cadres et influenceurs.

Beni, Philémon Kachelewa et SERVICE DE COMMUNICATION DU CICR

ACTUALITÉ SOCIÉTÉ