0 5 minutes 2 ans

Le député provincial du Nord-Kivu Bertrand Ngwali a réagi, vendredi 03 juin courant, au sujet de deux situations tragiques qui se sont produit, en l’intervalle de 24 heures, en chefferie des Bashu, territoire de Beni au Nord-Kivu.

D’abord la mort par pendaison de l’enseignant de l’institut Mahigha situé à six(6) kilomètres de la commune de Kyondo puis un paisible civil qui a été blessé par balle suite à un conflit coutumier. Bertrand Ngwali s’inquiète du fait qu’en plus de l’insécurité grandissante dont fait face la région de Beni caractérisée par des massacres de civils, des incendies des villages et véhicules et des pillages des biens de la population, d’autres compatriotes agissent de la même manière que les ennemis de la paix.

« Alors que le Nord Kivu en général, le territoire de Béni en particulier, fait face à une insécurité grandissante caractérisée par les massacres des paisibles citoyens, l’incendie des véhicules, le pillage des biens…, Certaines personnes s’investissent dans l’aggravation des conflits de diverses natures. Les derniers cas sont ceux qui ont vécu dans la chefferie des Bashu, à Kirindera où un conflit foncier a fait une victime par balle; une dispute au foyer a entraîné la mort par pendaison d’un enseignant dans la commune de Kyondo », a fait savoir l’élu du territoire de Beni.

Cependant, dans le cas où des telles initiatives se développent davantage, ce membre de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu en congé recommande au chef de l’État congolais de considérer leurs auteurs comme des supplétifs des ennemis de la paix et de les traiter entant que tels.

« Ces personnes devraient être déclarées supplétifs des groupes armés par le Président de la République afin de leur réserver un traitement exemplaire », a-t-il estimé.

Très solidaire envers ses électeurs, Honorable Bertrand Ngwali les invite à chaque fois se retrouver autour d’une table pour régler pacifiquement les éventuels différends qui peuvent exister entre eux. D’après lui, l’heure n’est plus à se quereller plutôt de se liguer derrière les FARDC pour parvenir à vaincre les nébuleuses ADF et M23 ainsi que leurs supplétifs.

« Tout en présentant mes sentiments de compassion aux victimes, je nous exhorte de privilégier la voie du dialogue pour résoudre nos différends internes. Ces jours ci, tous comme un seul homme, nous devons d’abord faire bloc contre l’ennemi, l’ADF, le M23 et leurs supplétifs, au lieu de nous quereller pour des choses pouvant trouver solution dans notre communauté par la voie du dialogue franc, dans nos familles respectives », a-t-il recommandé.

Précisons qu’au cours de la journée de ce vendredi 03 juin 2022, monsieur Teryamuviri Angélus a été blessé par balle au niveau du village Kirindira suite à un conflit foncier. Des sources concordantes rapportent que l’acte incivique aurait été perpétré par un présumé militaire régulier qui a été négocié pour arrêter le concerné. C’est en tentant de se soustraire des mains du présumé militaire que ce compatriote a reçu une balle au bras avant d’être acheminé à l’hôpital général de référence de Kyondo pour les soins appropriés.

Peu avant, c’est le corps du nommé Kakule Muhangisya Gentil, enseignant des mathématiques à l’Institut de Mahigha qui a été découvert entrain d’osciller dans la chambre toujours en commune de Kyondo. Il se serait décidé de se ôté la vie par pendaison suite à une mésentente conjugale.

Philémon Kachelewa depuis Beni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *